DESTINATION TERRE 7 , Mu et les autres mondes ; Chapitre 18 : Les migrations des hopis

DESTINATION TERRE 7 , Mu et les autres mondes

Chapitre 18 : Les migrations des hopis

 

Les migrations des hopis

« Après leur Emergence dans ce Quatrième Monde, les hommes apprirent qu’ils ne pourraient pas simplement errer jusqu’à ce qu’ils aient découvert un endroit agréable où s’établir. Leur gardien spirituel, Másaw, définit la manière par laquelle ils devraient accomplir leurs migrations, leur précisa comment reconnaître le lieu où ils allaient se fixer définitivement ainsi que le mode de vie qui en ce lieu devrait être le leur. Tout fut gravé symboliquement sur les quatre tablettes sacrées qu’il leur donna.

 

Les routes suivies pendant les migrations forment une grande croix dont le centre, nommé Túwanasavi (Centre de l’Univers), est géographiquement placé dans le Pays Hopi, et dont les quatres branches vont jusqu’aux pásos des directions »

L’itinéraire des migrations.

Extrait du livre du Hopi de Frank Waters

 

« Túwanasavi n’est pas pour les Hopis le centre géographique de l’Amérique du Nord mais le centre magnétique et spirituel des axes Nord-Sud et Est-Ouest, axes le long desquels les Jumeaux transmettent leurs messages sous forme de vibrations et contrôlent la rotation de cette planète. C’est pour cette raison qu’il est nommé Centre de l’Univers »

 

« Tout cela s’est déroulé au cours des 4.000 ans après que notre peuple fut réuni sur le nouveau continent. Tout le continent était maintenant sorti de l’eau et avait l’aspect de celui d’aujourd’hui. La terre pouvait être cultivée. Progressivement‚ notre peuple quitta les ruines de Táotoóma‚ la première ville construite dans le quatrième monde.

 

Ce sont surtout ceux qui restèrent fidèles au créateur qui partirent. Ils voulaient se séparer des autres afin de préserver leur vraie croyance et remplir les tâches qu’ils devaient accomplir. C’est pour cela que‚ dans toute l’Amérique du Sud‚ on fonda de nouvelles colonies. Ils ne partirent pas tous en même temps mais progressivement durant un temps assez long. Cette fois encore‚ chaque groupe eut un Kachina pour le guider.

 

Durant ces migrations‚ les Kachinas purent communiquer entre eux et ils nous aidèrent de la même façon qu’auparavant. Ils nous apprirent comment semer et récolter le même jour sans attendre pendant des mois que les fruits mûrissent. »

 

Les migrations du clan de l’ours

« Comme les clans se dirigeaient dans différentes directions‚ je vais te raconter maintenant l’histoire d’un seul clan‚ c’est-à-dire le clan de l’ours‚ dont faisaient partie mes pères. Je le choisis également parce qu’il fut sélectionné pour tenir un rôle de guide et de dirigeant dans le quatrième monde.

 

Mais avant‚ je veux t’apprendre quelque chose que m’a raconté ma mère. Quand nous avons quitté la grande ville détruite‚ les Kachinas ont effacé la mémoire de tous ceux qui sont restés‚ ainsi que des générations futures. Donc‚ tous ceux qui‚ plus tard‚ vécurent aux environs des ruines‚ n’eurent pas la moindre idée de ce qui s’était passé avant. De ceux qui sont partis‚ seuls les Hopis connaissaient la vérité.

 

Dans le troisième monde‚ le clan de l’ours était l’un des clans les moins importants. Il n’avait pas participé à la destruction du monde précédent. C’est justement parce qu’il n’avait pas de passé chargé (par des fautes commises) qu’il fut choisi pour être le clan dominant à l’arrivée dans le quatrième monde. Le clan de l’ours a donc toujours un rang plus élevé que le clan du feu qui détruisit le premier monde‚ ou que le clan de l’araignée et le clan de l’arc qui détruisirent le deuxième et le troisième monde.

 

En raison de leur position de chef du clan de l’ours parmi les Hopis‚ un Kachina du plus haut rang fut désigné pour les gens de ce clan. En réalité‚ ce n’était pas un Kachina mais une déité. Il s’appelait Eototo et devait les accompagner où qu’ils aillent. Quand‚ sous la direction de Eototo‚ ils se dirigèrent d’Amérique du Sud vers le nord‚ ils connurent une période très difficile. La région qu’ils devaient traverser était terriblement chaude. Ils mirent beaucoup de temps pour traverser les forêts et pour s’habituer au climat ; beaucoup d’enfants moururent à la naissance en raison de la chaleur. Les temps furent difficiles. Ils voulaient chercher des montagnes pour sortir de cette chaleur‚ mais les Kachinas les encouragèrent à continuer et les protégèrent tout au long de la longue marche à travers la jungle.

 

Comme je te l’ai dit‚ plusieurs groupes quittèrent la ville détruite après nous‚ avec un Kachina à la tête de chaque groupe. Et comme les Kachinas pouvaient communiquer entre eux‚ ces groupes savaient ce qui les attendait.

 

Il se passa beaucoup de temps avant que la zone chaude fut derrière eux. Ils arrivèrent à mieux respirer‚ les enfants ne moururent plus et le peuple s’agrandit. Ils continuèrent en direction du nord et furent guidés vers des lacs et des fleuves par Eototo.

 

Après beaucoup d’années‚ ils arrivèrent à une barrière de glace et ne purent aller plus loin vers le nord. Ce n’était pas beaucoup plus au nord que la frontière canadienne d’aujourd’hui. Eototo leur dit qu’il s’agissait d’une porte qui serait ouverte plus tard pour d’autres gens qui viendraient de par là pour immigrer vers le sud. Alors‚ ils rebroussèrent chemin pour chercher un endroit accueillant. Mais le voyage n’était pas terminé. Ils durent d’abord se diriger en direction du soleil levant en traversant des régions d’où l’eau n’était pas partie depuis longtemps. Un jour‚ ils ne purent aller plus loin car ils arrivèrent devant une grande étendue d’eau. Eototo leur dit que c’était la fin du voyage vers l’est. “ Maintenant‚ vous devez vous retourner et marcher dans la direction du soleil couchant. ” Ils obéirent et allèrent vers l’ouest. Après de nombreuses années‚ ils arrivèrent de nouveau devant une étendue d’eau et Eototo leur dit : “ Vous avez maintenant terminé votre migration‚ vous pouvez choisir où vous voulez vivre. ” Mais le clan ne savait pas encore où il voulait s’installer. Après des recherches‚ il choisit cet endroit-ci où ils construisirent leur premier village et où les Hopis vivent depuis lors. »

 

Les migrations du clan de l’arc

« Le clan de l’arc commença sa migration vers le nord à travers la jungle‚ en partant d’une ville appelée “ la ville du brouillard ” parce qu’il y avait souvent du brouillard. Le mot Hopi pour cette ville est Pamísky. Elle était située très haut dans la montage‚ mais Tewáletsíwa‚ du clan de l’arc‚ ne savait pas exactement où‚ en Amérique du Sud‚ mais il disait : “ Si je la voyais‚ je reconnaîtrais facilement l’endroit où se trouvait la ville du brouillard. ” Tewáletsíwa connaissait aussi l’histoire de la ville de Táotoóma (Tiahuanaco). Les Kachinas avaient dit au clan d’aller vers la jungle et‚ en partant de la ville du brouillard‚ le clan descendit vers les terres basses. Je suppose que la ville devait se situer quelque part en Equateur .

 

Quand le clan de l’arc fut prêt à entreprendre les migrations‚ les Kachinas arrivèrent pour les aider à traverser la jungle. Ils leur montrèrent le chemin et les protégèrent pendant la marche. Ils avaient surtout besoin de protection pour les enfants. Mais les enfants nés en altitude ne purent survivre‚ seulement les enfants nés dans les basses terres.

Les Kachinas restèrent avec les gens du clan de l’arc jusqu’à ce qu’ils arrivent à Palátquapi.

 

Quand les clans furent encore en migration en Amérique du Sud et au Mexique d’aujourd’hui‚ longtemps avant la fondation d’Oraibi par le clan de l’ours‚ beaucoup voulurent se réunir à nouveau. Ils se rappelaient le temps du malheur en Amérique du Sud et de la destruction de leur première ville et ils voulurent‚ à nouveau‚ vivre en harmonie avec le grand esprit Táiowa. Ils ne lui avaient pas obéi et s’étaient éparpillés dans toutes les directions. Sous l’influence des Kachinas‚ ils étaient maintenant décidés à revenir sur le droit chemin. Ceux des chefs qui pouvaient encore se servir de leur troisième œil‚ rassemblèrent les clans afin de fonder un centre culturel d’un niveau élevé de savoir spirituel. Chaque Hopi se rappelle cet endroit. Je crois qu’aucun Hopi ne pourrait jamais oublier cette ville qui fut construite et qui portait le nom de Palátquapi. Dans notre langue‚ cela veut dire “ ville rouge ”. D’après ma grand-mère‚ Palátquapi fut la première grande ville dans la partie moyenne de l’hémisphère ouest. Les groupes qui ne venaient pas dans ce centre sombrèrent de plus en plus et commencèrent à vénérer le soleil comme leur dieu et ils continuèrent à le faire. Je voudrais encore ajouter que le clan de l’ours avait‚ depuis longtemps‚ traversé cette contrée pour se rendre en Amérique du Nord afin d’ouvrir (gagner) ce pays pour nous. On a retrouvé l’endroit où se situait cette ville. Elle s’appelle maintenant Palenque et se trouve dans l’était mexicain du Chiapas. C’était une grande communauté. Elle ne fut pas construite par des esclaves‚ au contraire‚ cela ne fut pas difficile. Le fondement de tous ces travaux se situaient dans le domaine spirituel. Tout ce qui fut entrepris pour cette communauté le fut pour des raisons spirituelles. Les gens avaient fait l’expérience de ce qui était arrivé à leur première ville et voulurent se prouver à eux-mêmes que‚ cette fois-ci‚ ils feraient mieux. C’était comme s’ils voulait se racheter. C’est ainsi que fut construite cette ville et que des gens de très haut rang s’y retrouvèrent. De plus‚ les relations et les possibilités d’entente avec les Kachinas furent renouées. »

 

Casas Grande

« Les migrations s’effectuèrent en direction des quatre points cardinaux. Les gens étaient venus du sud et maintenant‚ sur cette partie du continent‚ ils devaient se diriger vers le nord‚ l’est et l’ouest. Notre peuple était en marche dans toute l’Amérique du Nord. Des ruines et des tombeaux sur l’ensemble du continent attestent de nos mouvements. Nous sommes le seul peuple qui‚ même durant les migrations‚ construisirent des maisons en dur. Le créateur le souhaitait ainsi. Nous ne montions ni tentes ni huttes légères‚ seulement de vraies maisons‚ dans lesquelles nous restions parfois plusieurs années avant de poursuivre notre chemin. De tels lotissements ou leurs ruines montraient aux groupes qui arrivaient après nous que nous étions passés là longtemps avant eux.

D’autres groupes méprisaient l’ordre. Certains commencèrent les migrations et ne les terminèrent jamais ; d’autres restaient sur place quand ils trouvaient une région qui leur plaisait.

 

A cette époque‚ on construisit la merveilleuse ville que l’on appelle aujourd’hui Casas Grande. Il semblerait que seulement quatre clans importants y aient vécu. Aujourd’hui‚ nous y trouvons les symboles du clan de l’aigle‚ du clan du serpent‚ du clan du maïs et du clan des fantômes. Il reste également des traces pouvant être des symboles d’autres clans.

Je me rappelle bien d’un jour‚ quand j’allais encore à l’école‚ où j’étais assis près de mon père. Il me demanda ce que j’avais appris à l’école. Il ne sembla pas satisfait de ma réponse et commença à me parler de cette ville.

Quand plus tard j’eus la chance de pouvoir la visiter avec mon père‚ je l’ai trouvée exactement telle qu’il me l’avait décrite‚ ainsi que son frère ultérieurement. Or‚ ils n’avaient jamais été à cet endroit. Alors comment ont-ils pu la décrire aussi précisément ? Naturellement‚ parce que leurs pères leur en avaient parlé de nombreuses fois. C’est de cette manière que nous gardons nos traditions. Les quatre clans se donnèrent beaucoup de mal pour attirer d’autres clans et‚ pendant un certain temps‚ cette ville devint un centre important. Sa fin arriva quand elle fut attaquée par le clan de l’araignée. Les clans qui habitaient la ville se défendirent avec courage‚ mais quand l’ennemi détourna la rivière qui alimentait la ville‚ ils durent renoncer. Ils n’ont pas capitulé car ils ont creusé un tunnel par lequel ils se sont tous sauvés. Les Kachinas ne les accompagnaient pas car‚ comme je l’ai déjà dit‚ ces derniers pouvaient se rendre invisibles pour quitter la ville. Cette ville fut le dernier grand lieu de rassemblement avant la réunification finale‚ ici à Oraibi. »

 

Oraibi

« Il est connu que d’ici viendra la vraie connaissance. Oraibi est le plus vieux village de ce continent ayant été habité continuellement depuis sa fondation. Même les scientifiques furent obligés de l’admettre‚ d’une certaine façon. Ils ont examiné le bois ayant servi à la construction de nos maisons et ont conclu que le village fut créé vers 1150. Cela vous semble peut-être vieux‚ mais pour nous ce n’est que quelques siècles. Les archéologues ont jugé‚ d’après le bout de bois le plus vieux qu’ils ont trouvé‚ mais en réalité trois villages se trouvent en-dessous des bâtiments actuels et le premier village fut fondé il y a 4.000 ans. Oraibi ne fut pas le premier village de cette région. Le tout premier s’appelait Shungópovi et se trouvait au pied de la falaise du deuxième plateau‚ en-dessous du village actuel qui porte le même nom. Après quelques temps‚ il y eut une dispute entre deux frères à propos de la femme de l’un d’eux. Le plus jeune‚ Machito‚ décida de quitter le village et de fonder son propre village. Il l’appela Oraibi‚ et il s’appelle encore ainsi aujourd’hui. Comme Machito faisait partie du clan de l’ours et connaissait toutes les traditions de ses ancêtres‚ il apporta quelque chose qui‚ aujourd’hui‚ représente la possession la plus précieuse des Hopis‚ c’est-à-dire les quatre tablettes (planches) sacrées. Ce sont ses aînés qui les lui ont remis quand il décida de fonder son village.

 

Plusieurs centaines d’années s’écoulèrent avant que tous les clans qui devaient venir soient arrivés.

Les premiers clans qui arrivèrent après le clan de l’ours furent le clan des fantômes (clan du feu)‚ le clan de l’araignée et le clan du serpent. Tous ces clans réunis ne représentaient pas un très grand nombre d’habitants‚ car seuls les clans choisis étaient ceux qui vivaient en concordance avec le plan du créateur.

 

Mon clan‚ le clan des coyotes‚ arriva en dernier. Le clan des coyotes arrivait toujours à la fin. C’était déjà le cas en quittant Kásskara pour venir sur ce continent‚ et ce fut pareil à Oraibi. Cela ne veut pas dire que nous sommes lents‚ mais simplement que c’est notre destin. C’est comme un signal quand le clan des coyotes arrive : c’est la fin‚ après ça plus personne ne sera accepté. C’est aussi la raison pour laquelle les Kachinas portent une queue de renard dans le dos. Quand‚ après cette grande marche de Sikyátki‚ nous sommes arrivés à Oraibi‚ nous étions encore une fois les derniers‚ et plus personne ne vint à Oraibi après nous.

Comme tu le sais‚ Oraibi se trouve dans une région sèche et il n’est pas facile de comprendre pourquoi nous nous sommes installés ici définitivement. Laisse-moi te dire la raison : le clan de l’ours n’est pas venu dans cette région par hasard. C’est sa divinité qui le lui a demandé‚ car ici se trouve le centre de l’univers. En réalité‚ il se trouve à environ trois kilomètres au sud d’Oraibi‚ dans la vallée. L’endroit s’appelle Tuwánassáwi. Des gens du clan des Kachinas y ont vécu‚ il reste encore des ruines. Je ne t’en dirai pas plus‚ nous n’en parlons pas à d’autres gens.

 

J’ai entendu cette histoire très souvent depuis ma plus tendre enfance. Húck’ovi se trouve sur le prochain plateau‚ de l’autre côté des basses terres‚ juste en face d’Oraibi. Nous gardons ce souvenir vivant‚ car il nous montre ce qu’il va arriver au monde entier. Nous saurons quand le temps sera venu‚ car tout se passera à nouveau comme ça.

 

Le village fut fondé par le clan du front. C’est un des trois clans qui ont un rapport avec la chaleur et l’énergie. C’est la chaleur qui détruit et c’est la chaleur qui purifie‚ c’est pourquoi ces clans sont si importants. Par ordre de puissance‚ il y a d’abord le clan du feu‚ puis le clan du soleil‚ puis le clan du front. Leur divinité est Macháqua‚ le crapaud à cornes. Nous trouvons le signe du crapaud à cornes de nombreuses fois dans les dessins rupestres et les rochers‚ en bas. En ce qui concerne le clan du feu‚ on sait ce qu’il a fait avec le premier monde‚ il l’a détruit.

 

Le temps arriva où les gens n’écoutèrent plus leur chef dans leur village‚ jusqu’à lui désobéir et lui manquer de respect. D’après une vieille coutume‚ on ne peut régler une telle chose que par le départ des gens et la destruction du village. C’est ce qui s’est passé avant‚ avec le troisième monde‚ puis avec Táotoóma‚ Palátquapi‚ Casas Grande – ça se répète sans cesse. Et ça se répète aujourd’hui dans le monde entier‚ pense à toutes les disputes‚ contradictions et au manque de respect. C’est pourquoi nous‚ les Hopis‚ nous savons que la fin du quatrième monde arrivera bientôt. Nous en sommes proches.

 

Donc‚ on a pris la décision de détruire le village par un feu et une explosion après une dernière cérémonie. Certains ne crurent pas au feu et à l’explosion et restèrent au village pour voir ce qui allait se passer. D’autres sont partis avant la cérémonie. Trente hommes et trente femmes participèrent à la cérémonie. Chaque femme portait un plateau tressé sur lequel se trouvait de la farine de maïs pressée‚ avec un trou au milieu. Autour du trou‚ il y avait deux anneaux‚ l’un d’hématite rouge‚ l’autre d’hématite jaune. La masse jaune avait peut-être un rapport avec l’uranium que l’on a découvert à l’est de chez nous. Du trou sortait une flamme‚ quand la flamme s’étend‚ ou plutôt quand la flamme descend dans le trou‚ il y a une explosion‚ mais ça plus tard.

Le groupe de femmes et d’hommes arriva à travers les rochers par le côté ouest du village. Les femmes posèrent leur plateau à l’intérieur d’un cercle sur la place du village. Un des plateaux fut donné au chef. Il le prit et alla dans une maison pour le bénir. Puis il sortit rejoindre les hommes et les femmes qui avaient quitté le village plus tôt et les hommes et femmes qui avaient participé à la cérémonie partirent avec lui.

 

Comme je te l’ai dit‚ quelques hommes et femmes ne crurent pas quand on les mit en garde et ils restèrent. Quand les flammes disparurent dans les trous‚ il y eut une grande explosion et une chaleur intense‚ et tout le village et les gens qui étaient restés périrent. Même certains de ceux qui étaient partis plus tôt furent incommodés par la chaleur et il fallut les porter.

 

Les survivants ne purent aller à Oraibi parce que le temps n’était pas encore venu. Comme je te l’ai déjà dit‚ uniquement ceux qui pouvaient venir à Oraibi étaient ceux pour lesquels les Kachinas avaient déterminé le bon moment. C’est ainsi que le clan du front continua sa migration. Plus tard‚ ce clan fut le dernier à être accepté parmi les clans du feu. L’événement de Húck’ovi s’est déroulé il y a plus de 3.000 ans. Nous avons toujours une chanson concernant cet événement. On n’y dit pas pourquoi Húck’ovi fut détruite‚ mais seulement ce qui arriva après l’explosion. On chante cette chanson lors de la cérémonie de Húck’ovi‚ mais en fait il s’agit d’une mise en garde pour le monde entier. Dans cette région‚ un seul village fut détruit‚ et les gens qui sont partis à temps furent sauvés. Mais dans la chanson on dit que les gens vont de village en village et ne trouvent pas de refuge. Ils ne le trouveront nulle part‚ car ça brûle partout. Il n’y a pas de remède‚ car ce sera le feu qui détruira notre quatrième monde. Ce ne sera pas une guerre atomique‚ mais une arme électrique que l’on est en train de développer et qui sera découverte bientôt. Je ne sais pas comment agira cette arme exactement‚ mais elle enverra quelque chose qui ressemble à des ondes radio et ça partira d’une station et ça ira partout. »

 

Le combat entre le clan du serpent et le clan de l’arc

« C’est également une histoire importante. Depuis le combat‚ beaucoup de temps s’est écoulé et notre peuple a beaucoup marché pour arriver enfin ici‚ sur notre terre. Mais nous avons toujours gardé vivant le souvenir de tous ces événements réels qui se sont passés‚ même si les membres d’un certain clan‚ qui sont toujours parmi les Hopis‚ n’aiment pas beaucoup y penser. Je veux te raconter cette histoire parce que l’on a trouvé des preuves sous forme de dessins rupestres et de sculptures. »

 

« Nous connaissons également la forme d’énergie qui fut utilisée pendant ce combat. Les scientifiques de nombreux pays travaillent au développement de telles armes.

Le clan de l’arc affirmait que sa façon de vivre l’avait rendu plus fort et il a provoqué le clan du serpent‚ ainsi que d’autres clans. Ils acceptèrent le défi. »

 

« Les chefs des deux côtés se rencontrèrent afin de fixer les règles du combat. Il y eut d’importantes querelles comme aujourd’hui parmi les chefs d’états. On se mit d’accord pour que le combat commence deux jours après la fin de la réunion et que chaque côté essaye‚ pendant quatre jours‚ de conquérir la ville de l’ennemi. Le clan de l’arc voulut bien que ce soit le clan du serpent qui commence les hostilités‚ mais ce dernier dit : “ Non‚ vous nous avez provoqués‚ c’est donc vous qui commencerez. ” On s’est mis d’accord ainsi. Le combat devait commencer chaque jour au lever du soleil et se terminer quand le soleil touche l’horizon. Ce ne fut pas une guerre où l’on se bat homme contre homme avec des massues ou des arcs et des flèches. Les villes étaient distantes de 80 à 100 kilomètres l’une de l’autre et il s’est agi d’une guerre scientifique et technologique entre deux groupes très puissants. C’est pourquoi les deux clans n’aiment pas en parler‚ même aujourd’hui.

Pendant les deux jours suivants‚ toutes les préparations furent entreprises et‚ le troisième jour‚ quand le soleil apparut au-dessus de l’horizon‚ le combat commença. Le clan de l’arc bombarda la ville du clan du serpent avec les armes les plus fortes et les plus effrayantes dont il disposait. Ce qu’il utilisa est appelé aujourd’hui de l’énergie électrique‚ similaire à la foudre. Ce clan du serpent s’y était préparé. Le serpent que j’ai mentionné précédemment aida les gens à aller sous la terre et à se protéger avec un bouclier puissant et une sorte d’énergie électrique. Pendant la journée‚ seuls les chefs apparaissaient de temps à autre sous un bouclier pour voir la position du soleil. Ce fut difficile pour tous et tout le monde était soulagé quand le soleil se couchait et que tout redevenait tranquille. Il n’y avait plus ce tonnerre comme à chaque fois que la force puissante touchait le bouclier. On enleva le bouclier et tout le monde put sortir.

Le clan de l’arc savait qu’il n’avait fait aucun mal au clan du serpent et que ce dernier l’attaquerait le lendemain. Et maintenant‚ c’était au tour du clan de l’arc de faire des préparatifs de protection. Le jour se leva et le clan du serpent attaqua la ville du clan de l’arc. Il se donna beaucoup de mal ; ce fut comme un tir avec des explosifs atomiques tant les armes du clan du serpent étaient puissantes ! Mais le clan de l’arc avait également un bouclier puissant‚ car les deux côtés avaient fait d’importants progrès scientifiques. Et ainsi‚ le clan de l’arc put survivre ce deuxième jour. Le troisième jour‚ aucune décision ne tomba‚ mais le clan de l’arc perdit sa chance de victoire. Le quatrième jour arriva et donc la dernière chance de victoire était pour le clan du serpent. Il fit tout son possible mais ne put briser le bouclier de l’adversaire. Après quelques heures‚ dans l’après-midi‚ le clan du serpent décida de tenter quelque chose d’autre pour montrer sa force à l’adversaire. On cessa de tirer et on fit l’usage des capacités du serpent de pouvoir s’enterrer. Ils construisirent un tunnel au-dessous des fortifications du clan de l’arc.

Les gens du clan de l’arc s’étonnèrent que les bombardements s’arrêtent avant le coucher du soleil. Ils se demandèrent ce qui se passait ou si le clan du serpent avait abandonné. Ils étaient encore à se poser ces questions quand le chef du clan du serpent sortit du tunnel et dit : “ Nous sommes ici et vous êtes vaincus. Nous pourrions vous tuer maintenant. Nous n’allons pas vous tuer‚ mais à partir de maintenant votre divinité Sáaviki doit porter un serpent dans la bouche lors de notre cérémonie‚ tous les quatre ans. ” Ce fut la fin du combat. »

 

« C’est ainsi que les Hopis se rappellent ce qui se passa il y a longtemps au Yucatán. »

 

Les guerres des migrations

Il ne faut pas croire que ces migrations furent un long chemin tranquille :

Les clans qui avaient fondé des villes prospères furent régulièrement attaqués et pillés par ceux qui n’avaient pas encore de ville

En fait les guerres entre clans hopis étaient monnaie courante :

Il est toujours plus facile de prendre à l’autre les biens qu’il a acquis par son travail

Ainsi le clan de l’Araignée attaqua Palatquapi

 

« Un groupe de clans émigra vers le nord en direction de la barrière de glace. Quand ils arrivèrent‚ des différences d’opinion éclatèrent entre les chefs. Certains clans restaient fidèles aux anciennes croyances pendant que d’autres s’en détachaient. Ces derniers décidèrent d’arrêter la migration et de retourner à Palátquapi.

Ces clans qui revenaient du nord avaient développé leurs propres idées et enseignements. Quand‚ enfin‚ ils arrivèrent à Palátquapi‚ ils virent cette ville épanouie et les gens qui continuaient à suivre les anciennes croyances ; ils en devinrent très envieux. Les gens de Palátquapi et les nouveaux arrivants ne purent vivre ensemble à cause de leurs différences de croyances. C’est ainsi que ces derniers s’installèrent en dehors de la ville mais pas trop loin. Ils appartenaient à un clan puissant‚ le clan du feu. C’était le clan qui régna pendant le premier monde et‚ finalement‚ causa sa destruction. L’envie et la jalousie poussèrent le clan du feu à attaquer Palátquapi. »

 

« Palátquapi était entouré d’un mur de pierres et bien protégé. La ville avait déjà été attaquée de nombreuses fois‚ mais elle avait toujours pu se défendre et détruire l’ennemi. »

 

« La résistance dura des jours et des jours. Les murs de la ville étaient solides et les portes fortes. Mais les défenseurs durent abandonner la 3ème partie , celle où ils habitaient, et se réfugier dans la section des magasins. Puis ils furent réduits au temple, dans le coin où s’écoulait la rivière. Alors, pour les priver d’eau, le Clan de

I‘Araignée la détourna. Ce fut un coup terrible. Immédiatement le conseil assiégé se réunit et décida de creuser un tunnel sous la rivière pour permettre aux clans de s’échapper. Tous les hommes y travaillèrent. Le tunnel fut terminé en quelques jours. La nuit suivante, le conseil décida du plan d’évasion. Le chef kachina annonça: « Nous allons procéder ainsi. Le Clan de l’Ours partira le premier, ensuite le Clan du Maïs et celui du Perroquet. Comme toujours le Clan du Coyote sera le dernier. Aussitôt qu’un clan est au complet de l’autre côté de la rivière, il doit immédiatement continuer sa migration dans la direction qui lui a été ordonnée. Un jour viendra où nous serons réunis à nouveau. N’oubliez pas ce que vous avez appris, observez soigneusement les rites de vos cérémonies, et laissez les « portes » au sommet de vos têtes toujours ouvertes. « Pendant que vous vous échappez dans la nuit, le peuple des kachinas restera pour défendre la ville. Le moment où nous devrons rejoindre nos planètes et nos étoiles lointaines n’est pas encore venu, mais il faut que nous vous quittions. Grâce à nos pouvoirs nous allons nous rendre sur une haute montagne. Le lieu vous sera révélé car là nous attendrons vos messages. Si vous avez besoin de nous ou de notre aide, faites vos páhos. Maintenant, écoutez. Nous sommes le peuple des esprits, et ni vous ni votre peuple ne pourrez nous voir à nouveau. Mais vous devez conserver notre souvenir en portant nos masques et nos costumes au moment adéquat de vos cérémonies. Ceux qui nous personnifieront seront seulement ceux qui auront acquis la connaissance et la sagesse que nous vous avons enseignées; ces hommes de chair et de sang porteront nos noms et constitueront le Clan Kachina. »

 

« Après ces temps très troubles à Palátquapi et au Yucatán‚ nous nous sommes désunis. Palátquapi même ne fut pas détruite par la guerre. Les gens sont partis‚ Palátquapi avait perdu sa puissance et fut finalement détruite par un tremblement de terre. »

 

« Beaucoup de clans reprirent leur migration‚ mais d’une manière isolée les uns des autres. Les Kachinas nous aidaient seulement en nous montrant le chemin. On n’utilisait plus de vaisseaux spatiaux. Cette fois-ci‚ nous devions vraiment nous battre. Nous devions mériter de posséder cette terre. »

 

« Il y eut de nombreux démêlés guerriers dans toute la région. Le clan du serpent et le clan de l’arc – les parties de ces clans qui avaient quitté Palátquapi – se combattirent. Finalement‚ les guerres eurent pour conséquence la complète destruction des villes. »

 

« Au cours de ces temps terribles à Palátquapi et au Yucatán‚ les Kachinas nous quittèrent. C’est depuis ce temps qu’ils ne sont plus avec nous et tout ce que nous pouvons faire est de prendre exemple sur eux. Quand ils sont partis‚ ils nous ont dit : “ A partir de maintenant‚ vous ne pouvez compter que sur vous-mêmes. ” »

 

« Peut-être te demandes-tu comment ce malheur a pu s’abattre sur Palátquapi et le Yucatán en dépit de la présence des Kachinas. Je peux te dire qu’à chaque fois‚ dans le passé‚ que quelque chose du même genre est arrivé‚ cela n’était pas le plan des Kachinas mais des hommes. Les Kachinas les ont mis en garde‚ mais la plupart des hommes voulaient conquérir et faire des guerres. Ils n’écoutaient pas les sermons et conseils et continuèrent à porter atteinte aux lois du créateur. C’est la raison pour laquelle beaucoup de clans et peuples furent détruits. Quand les clans menaient réellement la guerre‚ les Kachinas ne s’en mêlaient pas. Ils ne voulaient pas s’en mêler car la terre appartient aux hommes. C’est l’homme qui est responsable et il détermine ses actes lui-même. Ce que les hommes ont fait‚ ils l’ont fait d’eux-mêmes‚ et ils vont en subir les conséquences. »

 

Les migrations

De ce que nous disent ces extraits de légendes , on peut conclure que les migrations depuis l’Amérique du Sud jusqu’en Arizona , ont eu lieu de -80 000 à -76 000 environ

Elles ont donné lieu à de nombreuses guerres et conflits

 

L’histoire de ces migrations est surtout intéressante par la technologie avancée qu’elle implique , non seulement pour la vie de tous les jours mais surtout pour la puissance des armes à leur disposition

Et on ne le sait que trop bien , les avancées technologiques pour le bien être de l’homme sont toujours détournées par l’armée

La nature de l’homme n’a jamais changée

 

La destination de Túwanasavi , Centre de l’Univers , dans le Pays Hopi en Arizona est particulièrement intéressante si on considère qu’avant -4 000 , quand la Terre a basculé , l’Arizona était quasiment sur l’équateur et sur une chaine de montagnes qui reliait quasiment le pôle nord au pôle sud , voir DESTINATION TERRE 1 , Les dieux d’Eden et de Chine

 

Egalement , ils nous parlent de l’exode des inuits qui aura lieu par le pont de Behring vers -30 000

 

Dans cette légende les kachinas annoncent clairement leur intention de rejoindre ceux qui sont partis lors du 3ème monde vers les galaxies lointaines dès qu’ils en auront la possibilité

En attendant ils vont rejoindre leur base en orbite , d’où ils pourront rester en contact radio avec les hopis

Publicités
Publié dans Les migrations des hopis | Laisser un commentaire

Bonne Année 2018

Bonne Année 2018

Et que cette nouvelle année vous apporte la réalisation de presque tous vos souhaits

Publié dans Bonne Année 2018 | Laisser un commentaire

Joyeux Noël

Joyeux Noël

 

jn (2)

Publié dans Non classé | Laisser un commentaire

DESTINATION TERRE 7 , Mu et les autres mondes ; Chapitre 17 : L’émergence au quatrième monde hopi

Mu et les autres mondes

Chapitre 17 :

L’émergence au quatrième monde hopi

 

 

L‘Emergence selon : Le livre du hopi

« Entre guillemets = Extraits des légendes hopis »

 

« Skuskurza, ce troisième monde a été englouti sous les eaux. Les hommes ont dû chercher eux-mêmes le passage vers un nouveau monde ; »

 

« Quelque part, il doit y avoir une terre sèche où nous pourrions aller »

 

« Pour découvrir cette terre ils envoyèrent, l’un après l’autre, bien des oiseaux différents. Mais après avoir survolé les eaux et n’ayant vu aucune terre, à bout de forces ces émissaires revinrent. Ensuite, ils plantèrent une des tiges. Elle poussa très haut vers le ciel. Ils y grimpèrent et jetèrent un regard désespéré sur la surface des eaux. Pas une terre n’était en vue. »

« Alors Sótuknang apparut à Mère-Araignée et lui dit : « Vous devez poursuivre votre voyage. La « porte » au sommet de vos têtes est « ouverte ». Votre vision intérieure vous guidera. »

« Mère-Araignée fit construire par les hommes des radeaux avec des tiges de roseaux dans lesquelles ils étaient venus, des radeaux ronds et plats qu’ils montèrent pour se confier à nouveau aux eaux avec, pour se diriger, leur sagesse intérieure. Pendant très longtemps ils dérivèrent, poussés par le vent et le mouvement des eaux, puis ils atteignirent une autre île rocheuse. »

« Elle est bien plus grande, mais elle n’est pas assez grande », dirent les hommes en jetant des regards surpris tout autour d’eux car ils eurent l’impression d’avoir entendu un sourd grondement. »

« Non, elle n’est pas assez grande », répéta Mère-Araignée. Alors les hommes continuèrent leur lente navigation dans la direction du soleil levant. Un jour ils pensèrent : « Nous ne devons pas être très loin d’une terre car ce grondement est celui que nous avons déjà entendu !. »

« Il semblait que ce fût une grande terre avec de l’herbe, des arbres, et des fleurs merveilleuses à leurs yeux fatigués. Ils séjournèrent sur cette terre pendant très longtemps. Certains voulaient s’y établir, mais Mère-Araignée déclara : « Non, ce n’est pas la terre promise. Nous devons nous en aller. »

« Ils abandonnèrent leurs radeaux, et marchèrent vers l’Est à travers cette île jusqu’à ce qu’ils retrouvent la mer. Là il y avait un genre de plante à tige creuse, tel le roseau ou le bambou, qu’ils coupèrent. Ils suivirent les instructions de Mère-Araignée en plaçant une couche de tiges dans un sens, puis la suivante dans l’autre, le tout étant assemblé avec des branches souples et des liens faits de feuilles. Chaque assemblage constitua un radeau suffisant pour une famille, ou même plusieurs. Lorsqu’il y eut assez de radeaux, Mère-Araignée leur montra comment fabriquer des rames. »

« A partir de maintenant vous allez avancer à contre­ courant, et il vous faudra ramer pour continuer votre route. Ainsi que vous l’a dit Sótuknang, plus vous évoluez, plus il est difficile d’avancer. »

« Après un long et pénible voyage, toujours vers l’Est et un petit peu vers le Nord, ils commencèrent à entendre le grondement. La terre fut en vue. Clan après clan, famille après famille, tous dans la joie, ils accostèrent, Cette terre était longue, large et magnifique. Le sol était fertile, plat, recouvert d’arbres et de plantes ; plantes à graines et plantes à noix, procurant une abondante nourriture. Les hommes, heureux pendant des années et des années, restèrent à cet endroit. Mère-Araignée ne cessait e leur répéter : « Non, vous n’êtes pas au Quatrième Monde. La vie y est trop facile et trop agréable ; si vous restez vous retomberez rapidement dans le mal. Vous devez aller de l’avant. Nous vous avions prévenus que la route deviendrait plus dure et plus longue. »

« A contrecœur les hommes se dirigèrent vers l’Est, dans une longue marche jusqu’à la côte de l’autre côté de l’île. Une fois de plus ils fabriquèrent des radeaux et des rames. »

« Au moment où ils furent prêts à s’embarquer, Mère-Araignée leur dit: « Tout ce qu’il m’a été demandé de faire pour vous, je l’ai fait. Maintenant, vous allez continuez sans moi et découvrir votre propre lieu d’émergence. Laissez vos « portes ouvertes », vos esprits vous guideront. »

 

« Ils embarquèrent, allèrent vers l’Est et un peu vers le Nord, ramant durement sans cesse le jour et la nuit pendant bien des jours et des jours, comme s’ils étaient en train de remonter une pente. Enfin ils aperçurent une terre. Elle s’élevait très haut au­ dessus des eaux et s’étalait du Nord au Sud aussi loin qu’ils puissent voir. Une grande terre, une terre immense, telle était l’image donnée par leur vision intérieure. Et ils se disaient l’un l’autre: « C’est le Quatrième Monde! » Plus ils s’approchaient, plus ces rivages s’élevaient et s’élevaient, devenant un haut mur de montagnes. Il n’y avait pas d’endroit où accoster. Certains dirent : « Allons vers le Nord, là nous découvrirons le Lieu de l‘Emergence. »

« Ils allèrent au Nord, longeant ces montagnes toujours de plus en plus hautes. « « Non! c’est vers le Sud qu’il nous faut aller pour trouver le Lieu de l’Emergence !», s’écrièrent d’autres. »

« Pendant des jours ils se dirigèrent vers le Sud, mais dans cette direction aussi les montagnes étaient de plus en plus hautes. Ne sachant plus que faire, les hommes s’arrêtèrent de ramer, « ouvrirent la porte » au sommet de leur tête et se laissèrent guider. Immédiatement les eaux se calmèrent et lentement leurs radeaux furent entraînés par un courant. Peu après ils abordèrent et, pleins de joie, sautèrent sur un rivage sablonneux en hurlant: « C’est le Quatrième Monde. Enfin nous sommes au Lieu de I ‘Emergence ! »

« Peu après, d’autres arrivèrent, et lorsqu’ils furent tous réunis , Sótuknang leur apparut : « Très bien ! Je vois que vous êtes tous là. Je suis content. Vous êtes à l’endroit que j’ai préparé pour vous. Maintenant tournez vos regards dans la direction d’où vous venez. »

« Un peu au Sud, dans la direction de l’Ouest, les hommes aperçurent au-dessus des eaux les îles où ils avaient fait escale. « Ce sont là les marques de votre route » , continua Sótuknang, « Ce sont les sommets des hautes montagnes du Troisième Monde que j’ai détruit. Maintenant, regardez. »

« La plus proche des montagnes disparut dans la mer, puis la suivante, et ainsi de suite jusqu’à ce que les hommes ne pussent plus voir que la surface des eaux. »

« Vous avez vu. J’ai fait tout disparaître, même les traces de votre passage vers l’émergence, ces « marches de pierre » que j’avais laissées pour vous. Au fond des mers gisent les cités orgueilleuses, les pátuwvotas volants, les trésors terrestres corrompus par le mal, par les hommes qui n’avaient pas le temps de chanter les louanges à leur Créateur. Mais si vous n’oubliez pas le moment et le sens de votre Emergence, alors viendra le jour où ces « marches-de-pierre » émergeront à nouveau. Ce qui confirmera la vérité de vos paroles. »C’est ainsi que se termina le Troisième Monde, Kuskurza »

 

vaisseau3

Dessin rupestre représentant une femme dans un bouclier volant‚ près d’Oraibi

Extrait de : http://www.antonparks.com/main.php?page=atlantis_mu_2

 

L‘Emergence selon : Kasskara et les sept mondes

 

« Longtemps avant que notre continent et Atlantis soient engloutis‚ les Kachinas remarquèrent qu’il y avait‚ à l’est de chez nous‚ un continent qui sortait de l’eau. D’ailleurs‚ selon nos traditions‚ le monde a changé plusieurs fois. Ce qui était en train de sortir de l’eau était‚ en fait‚ le même pays que celui dans lequel nous avions vécu dans notre deuxième monde‚ Topka. Mais maintenant‚ nous l’appelons le quatrième monde‚ car son apparence est différente.

 

On dit aussi que la terre a basculé plusieurs fois‚ je veux dire que le pôle nord était à l’endroit où le pôle sud se trouve actuellement et vice versa. Aujourd’hui‚ les pôles sont inversés et le véritable pôle nord se trouve au sud et le véritable pôle sud au nord. Mais‚ dans le cinquième monde‚ cela changera à nouveau‚ et les pôles seront à leur vraie place. A chaque fois‚ la terre a basculé complètement du nord au sud et pas seulement de la moitié‚ sinon il y aurait eut beaucoup trop de dommages et ce n’était pas l’intention du créateur. Durant Topka‚ le deuxième monde‚ la terre a basculé seulement de moitié et tout a gelé.

 

Les Kachinas ont donc fait des recherches et observé cette nouvelle terre et‚ quand elle fut au-dessus de l’eau‚ ils commencèrent leurs préparatifs. La grande migration pouvait commencer. »

 

« Le créateur avait donc décidé de nous sauver‚ et les Kachinas nous aidèrent pour atteindre ce nouveau continent. Notre peuple arriva du troisième au quatrième monde de trois façons différentes. Les premiers arrivèrent dans des boucliers volants (c’est ainsi que nous les appelons chez nous). Ils étaient destinés aux gens importants‚ de haut rang. Ils étaient prioritaires parce qu’ils devaient fonder la nouvelle colonie et s’occuper de tous les préparatifs. Comme ils sont arrivés les premiers‚ tous les considéraient comme des gens estimés. Les Kachinas‚ en tant que spationautes‚ savaient où se trouvait la nouvelle terre et ils les y ont amenés. Les Kachinas pouvaient le faire car ils possédaient des boucliers volants ; notre peuple non‚ nous ne savions pas les construire. Mais tu te rappelles que les gens d’Atlantis avaient également des boucliers volants. Ils ne les avaient pas reçus des Kachinas qui les avaient quittés‚ mais ils les avaient construits eux-mêmes avec leur force malveillante ; mais ça‚ je te l’ai déjà raconté. »

 

« Il y avait aussi une sorte de gens (le deuxième groupe) qu’il fallut transporter ici et on l’a fait à l’aide de grands oiseaux. »

 

« C’est donc avec des oiseaux que sont venus des gens qui se trouvaient dans une phase intermédiaire vers les marches plus élevées d’une connaissance spirituelle. »

 

« Pendant ce temps‚ les gens avaient très peur‚ car le vieux continent s’enfonçait de plus en plus. Ils avaient peur et pourtant ils savaient qu’ils devaient être sauvés. Une ville après l’autre fut détruite. L’eau n’arrêtait pas de monter et couvrait une grande partie du continent. »

 

« Les différentes directions que prirent les rescapés du continent de Kásskara (Mu) et de l’île de Talawaitichqua (Atlantis) lors de la grande destruction il y 80.000 ans :

Ces gens devaient donc venir par le troisième moyen‚ c’est-à-dire par bateaux. Ils durent lutter durement pendant longtemps. Alors que beaucoup de monde put venir par les airs‚ on dit aujourd’hui que tout le monde dut lutter pour pouvoir venir sur ce continent. »

 

« Ces gens qui étaient transportés par bateaux faisaient partie des clans inférieurs qui possédaient peu de pouvoir. »

 

« Pendant tout le temps où ce groupe fut en route sur les bateaux‚ ils reçurent la protection des Kachinas. Chaque clan avait un Kachina dont la tâche était de l’accompagner et de l’amener sur le continent. C’est ainsi que ce groupe fut conduit‚ en sécurité‚ sur ce continent. Les Kachinas savaient se faire comprendre mais les êtres humains n’avaient pas le privilège de pouvoir parler avec eux. Les Kachinas leur donnaient des conseils et leur indiquaient dans quelle direction ils devaient se diriger vers des îles où ils pouvaient se reposer.

 

« Et enfin‚ ils arrivèrent dans le quatrième monde ! »

 

« Par ces trois moyens‚ les gens furent emmenés sur le continent sud-américain afin de s’y établir. A ce moment-là‚ la partie la plus haute était déjà au-dessus de l’eau.

 

Mais tu dois savoir que tous ceux qui ont survécu à Kásskara n’ont pas tous pu venir ici. Nous‚ le clan des coyotes‚ étions les derniers à venir ici. Ceux qui sont partis après nous furent emmenés par des courants vers d’autres pays‚ parce qu’ils n’avaient pas été choisis pour venir ici. Certains arrivèrent à Hawaï‚ une partie du troisième monde qui n’a pas été engloutie‚ d’autres arrivèrent sur des îles du Pacifique sud et d’autres sur une île qui fait partie‚ aujourd’hui‚ du Japon‚ comme je l’ai appris il y a quelques années. Un jeune homme venu de cette île m’a rendu visite. Il avait lu “ Le livre des Hopis ”. Il est venu me dire que sa grand-mère lui avait raconté exactement les mêmes histoires concernant l’ancien monde. Il y a donc un certain nombre de gens qui n’ont pas pu venir ici‚ alors qu’ils ont la même origine et viennent du même continent‚ Kásskara. C’est pourquoi‚ sur les îles Hawaï‚ les initiés s’appellent Kahuna qui était le même nom que Kachina. »

 

« Tous les habitants d’Atlantis ne périrent pas quand leur continent fut englouti. Ceux qui ne voulurent pas participer à l’attaque de Kásskara par leur reine furent sauvés. Naturellement‚ ils voulurent‚ eux aussi‚ venir sur notre nouveau continent‚ mais le créateur nous avait promis que nous aurions la nouvelle terre pour nous seuls‚ pendant très longtemps. Bien qu’il n’y eut encore aucun Hopi sur ce nouveau continent‚ les Atlantes ne pouvaient pas venir ici‚ en Amérique du Sud. Le créateur ne voulait pas les avoir ici. Il envoya des Kachinas pour les empêcher de se diriger vers l’Ouest‚ car même si les survivants n’avaient pas suivi leurs chefs‚ ils restaient quand même des Atlantes. »

 

« Alors‚ il ne restât aux Atlantes que le chemin vers l’Est‚ dans des régions que l’on appelle aujourd’hui l’Europe et l’Afrique. Mais on leur avait ôté leurs pouvoirs. Ils étaient cloués au sol‚ ils ne pouvaient plus voler. Ils ne pouvaient survivre que s’ils partaient par petits groupes et chaque groupe n’emportait qu’une petite partie du savoir global qu’ils possédaient auparavant.

 

C’est la raison pour laquelle les hommes‚ là-bas‚ n’ont aucun souvenir de leur histoire qui fut comparable à la nôtre. Quand ils détruisirent le troisième monde‚ le créateur les mit à un niveau culturel très bas. Mais après leur punition‚ qui dura des centaines d’années‚ ils recommencèrent à se développer. Pense à la culture des Egyptiens. Pour nous‚ les Hopis‚ ce temps n’est pas loin. »

 

« La partie du quatrième monde qui est sortie la première de l’eau s’appelle Táotoóma. C’est une abréviation‚ nous les utilisons souvent. Dans votre langue‚ ce nom signifie “ l’endroit qui fut touché par le bras du soleil ”. Nous‚ les Hopis‚ disons que c’est la première partie vue par les aigles qui furent envoyés par les Kachinas. Les aigles volent très haut et ils ont vu le nouveau pays sortant de l’eau‚ c’est pourquoi nous avons de l’estime pour les aigles. Ainsi‚ nous étions dans le nouveau pays et le dernier groupe arriva enfin par bateau. Avec leur arrivée‚ la migration se terminait. »

 

« Quand nous fûmes debout sur la côte de ce continent‚ nous regardâmes en arrière et nous vîmes les îles qui sombraient. Les Kachinas nous donnèrent le troisième œil et nous vîmes tout : la disparition de notre terre mère et des îles. »

 

Le 4ème monde hopi selon le livre du hopi

« Avant que je ne vous quitte, j’ai ceci à vous dire », annonça Sótuknang aux hommes encore réunis au lieu de I’Émergence, le rivage du Quatrième Monde. Voici ce qu’il dit: « Le nom de ce Quatrième Monde est Túsoaqachi, Le Monde Achevé. Vous découvrirez pourquoi. Tout n’y est pas aussi beau et aussi facile que dans les mondes précédents. Il est fait de hauteurs et de dépressions, de chaleur et de froid, de beauté et de désolation. Il y a tout ce que vous pourrez choisir. Car c’est ce choix qui décidera si, cette fois-ci, vous êtes capables de faire évoluer le Projet du Créateur; ou si ce monde lui aussi en son temps devra être détruit. Maintenant, vous allez vous diviser et chaque groupe s’en ira selon des voies différentes pour proclamer cette terre celle du Créateur. Chacun des groupes suivra son étoile jusqu’à ce qu’elle s’arrête, et là il s’établira. Pour moi le temps est venu de vous quitter. Vous serez aidés par vos divinités et par vos esprits bienfaisants. Gardez vos « portes » ouvertes, et n’oubliez jamais ce que je vous ai dit. Ainsi ai-je parlé. » Et il disparut.

 

Lentement les hommes commencèrent à s’éloigner du rivage. Dès qu’ils pénétrèrent dans ce monde, ils entendirent à nouveau le grondement sourd. Regardant autour d’eux, ils virent un bel homme auquel ils demandèrent : « Es-tu celui qui fait les bruits que nous avons entendus? Oui. J’ai créé ces bruits pour vous aider à trouver votre route. Ne me reconnaissez-vous pas? Je suis Másaw, j’ai la charge de cette terre, j’en suis le gardien et le protecteur. »

 

Alors les gens reconnurent Másaw. Auparavant il avait eu la charge du Troisième Monde, mais il était devenu un peu trop imbu de son rôle et avait alors perdu l’humilité due au Créateur. Cependant il était un esprit et ne pouvait pas être détruit. Taiowa lui retira cette charge et le fit devenir divinité de la mort et du monde des morts. L’Au-Dessous n’était pas aussi agréable que l’Au-Dessus et lorsque le 3ème monde fut détruit , Taiowa décida de lui accorder une nouvelle chance , ainsi qu’il en avait donné une aux hommes. Il le chargea de garder et de protéger ce 4ème monde.

 

Il fut le premier être que les hommes rencontrèrent . Pleins de respect , ces derniers lui demandèrent : « Nous permettra tu de demeurer sur cette terre ? Oui. Cette terre m’appartient et je vous donnerais la permission de vous y établir. »

Alors les hommes demandèrent : « Seras tu notre guide ? Non. Celui qui est plus puissant que moi vous a donné en premier lieu une tâche à accomplir.

Lorsque les continents du monde précédent furent poussés dans les eaux , cette nouvelle terre fut poussée en surface en son milieu pour devenir la colonne vertébrale du monde. Vous êtes maintenant sur son átvila (Pente-vers-l’Ouest). Mais vous devez entreprendre vos migrations. Vous n’avez pas encore suivi vos étoiles vers I ‘endroit où vous vous retrouverez pour vous y établir. Pour que je puisse devenir votre guide, vous devez accomplir cela. Si vous retombez dans le mal, je vous prendrai cette terre. J’en ai la charge, j’en suis le gardien et le protecteur. « Au Nord vous trouverez le froid et la glace, c’est là la Porte-de-Derrière de cette terre. Ceux qui entreront par là le feront sans mon accord. Allez, et avec ma permission prenez cette terre. » Másaw disparut. Les hommes se divisèrent en clans et en groupes pour entreprendre leurs migrations. « Nous nous retrouverons », se dirent-ils. C’est ainsi qu’ici, sur l’actuel Quatrième Monde, tout commença. »

 

Le 4ème monde hopi selon Kasskara et les sept mondes

« Je dois t’expliquer encore quelque chose. Tous les gens qui sont venus dans le quatrième monde et qui ont vécu à Táotoóma‚ n’étaient pas tous des Hopis. Nous devrions plutôt dire que nos ancêtres se trouvaient parmi ces gens‚ seulement ceux qui sont arrivés à Oraibi et qui y furent accueillis définitivement s’appellent des Hopis.

 

Un temps assez long s’est déroulé entre l’arrivée des premiers‚ sur les boucliers volants‚ et des derniers‚ en bateaux. On dit qu’il fallut 3.000 ans pour que nous soyons tous rassemblés. Tout cela s’est passé il y a très longtemps‚ car l’arrivée de ceux qui étaient sur les boucliers volants eut lieu il y a 80.000 ans.

 

Ceux qui sont arrivés ici ne purent s’installer que dans cette région qui n’était pas très grande. Dans cette région‚ nous devions tous vivre ensemble. Cela montre pourquoi mon peuple est certain que nous étions les premiers‚ les seuls sur ce continent. Il y a des tribus en Amérique qui sont venues beaucoup plus tard‚ parce que la glace avait fondu dans le nord‚ je t’en parlerai plus tard.

 

Quand les premiers hommes arrivèrent sur le nouveau continent‚ ils se trouvèrent immédiatement à l’endroit où ils durent construire leur première ville.

La première ville‚ Táotoóma‚ ne fut pas construite en haut de la montagne‚ mais plus bas. Aujourd’hui‚ on ne voit plus cette ville car elle est couverte de terre et d’eau. Je te raconterai la raison plus tard. La ville était plus grande que toutes celles que nous avions eues à Kásskara. Elle avait presque la dimension de la ville de Los Angeles aujourd’hui. Tu connais bien les ruines de Tiahuanaco. Tiahuanaco était une partie de la ville de Táotoóma. Mais Táotoóma n’était pas assez grande pour tous les gens qui devaient encore venir. Et comme tu peux l’imaginer‚ le pays n’était pas encore cultivable puisqu’il venait de sortir de l’eau. Mais les Kachinas avaient demandé que tout soit prêt pour nous‚ et comme les Kachinas étaient encore avec nous‚ ils nous montrèrent comment cultiver la terre le matin et rentrer la récolte le soir. Ce fut très important pour nous‚ pendant de longues années‚ jusqu’à ce que l’eau diminue.

 

Petit à petit‚ la terre devint de plus en plus grande. Notre peuple commença à aller vers le Nord‚ le Sud‚ l’Est et l’Ouest. Nous pouvions commencer à explorer le nouveau continent et pour cela nous utilisions les boucliers volants. Quelques-uns de chez nous avaient atteint un rang assez élevé pour avoir le droit d’accompagner les Kachinas lors de leurs explorations pour voir comment les nouvelles colonies étaient fondées. Et petit à petit‚ il y eut à nouveau des gens qui eurent leurs propres idées sur la façon de suivre les lois du créateur divin. Ils quittèrent le droit chemin. Parmi eux‚ il y avait des gens de haut rang qui voulaient avoir des positions importantes. Ils commencèrent les premiers à faire un mauvais usage des Tawúya‚ personne n’avait jamais fait cela auparavant. Les Kachinas essayèrent de les empêcher de s’envoler dans l’univers. Nous ne devions pas nous y rendre tant que nous n’avions pas rempli toutes nos obligations dans ce monde. Mais ces gens croyaient être déjà prêts. Le créateur fut au courant de ce qui se passait et‚ peu de temps après‚ il vint en personne et dit : “ Dès la première occasion dans ce nouveau pays‚ vous faillissez. Je dois vous punir. ” Et il prit la ville‚ l’éleva dans le ciel‚ la renversa (la tête en bas) et l’enfonça dans le sol. Dans tous les bâtiments alentour on ressentit l’énorme souffle d’air‚ le sol trembla‚ c’était comme un tremblement de terre. Ce fut une déception pour notre créateur que nous ayons désobéi à la première occasion. Après cela‚ notre peuple décida de partir dans différentes directions. C’est ainsi que se passa la première dispersion de notre peuple sur ce continent. »

 

L‘Emergence au quatrième monde hopi

Après le départ des scientifiques dans l’espace vers -140 000 au cours du troisième monde , il ne restait plus de gros moyens spatiaux ni technologiques à ceux resté sur la Terre

Les hopis ont donc construits des « tubes » , probablement des sous-marins , et se sont laissé porter par les eaux pendant le bouleversement climatique du changement de monde

Quand ils ont enfin atterri au sommet d’une montagne , il leur a fallu construire des bateaux/radeaux pour atteindre une zone plus sûre

Après de nombreuses étapes et péripéties ils ont enfin pu se réfugier en Amérique du sud , dans la partie déjà émergée

Et de là , ils ont pu voir grâce au « troisième œil » , un instrument optique de haute technologie , l’inondation des continents et des iles étapes d’où ils venaient , par les vagues géantes générées par les tsunamis provoquées par le basculement des pôles

 

On retrouve aussi la confirmation dans les légendes hopis de la direction des pôles dans les légendes chinoises qui ont inventé la boussole qui indique le « sud »

 

Bien entendu pour tout le monde , le méchant c’est l’autre

Mais en réalité pour les atlantes comme pour les édenistes , ils sont tributaires de la rotation de la Terre qui après que les pôles se soient remis en place , induisit un courant maritime d’ouest en est

C’est pourquoi les édenistes n’avaient pas d’autre choix que de quitter Mu pour l’Amérique du sud et les atlantes de quitter Atlantide pour l’Europe

 

Mais pour les atlantes comme pour les édenistes, les élites sont partis dans l’espace en -140 000 et la population n’a eu d’autre choix , sans moyens technologiques , que de quitter Atlantide en bateau

Bien sûr , les élites restés sur Terre disposent toujours de soucoupes volantes pouvant accueillir plusieurs passagers et d’avions gros porteurs

Et qui dit avions gros porteurs , dit piste d’atterrissage conséquente

Et qui dit piste d’atterrissage en Amérique du sud , au sommet des montagnes émergées , fait bien entendu penser à Nazca …

Donc lorsque les mayas ont utilisé ces infrastructures il y a 4000 ans environ , il n’ont fait que de la réutilisation ( voir Destination Terre 4 , Les tokhariens )

 

Par contre pour les uns comme pour les autres , compte tenu que le courant est induit vers l’est par l’effet de rotation de la Terre qui se replace , lorsqu’il se heurte contre le continent situé à l’est , cela provoque un contrecourant important

 

On voit bien que les légendes hopis , comme toutes les autres légendes , racontent la même histoire , qui s’inscrit dans une cohérence géographique , technologique mais aussi à l’époque où les faits se sont produits

En fait , l’histoire des légendes ne peut exister qu’aux périodes citées et grâce à la technologie correspondante

Cela témoigne aussi d’une connaissance bien plus profonde que la nôtre d’aujourd’hui sur l’histoire de la Terre et de l’univers et qui n’a jamais été démentie par nos découvertes archéologiques

Publié dans Kasskara, L’émergence au quatrième monde hopi, Le 4ème monde hopi, Le livre du hopi, le quatrième monde hopi, lignes de nazca, Mu, nazca, Non classé | Laisser un commentaire

DESTINATION TERRE 7 , Mu et les autres mondes ; Chapitre 16 : Le troisième monde hopi

Mu et les autres mondes

Chapitre 16 : Le troisième monde hopi

 

 

Arrivée des hopis dans le troisième monde

Rappel :

« Entre guillemets = Extraits des légendes hopis »

 

« Tokpa (minuit sombre) le deuxième monde, qui a finalement été couvert de glace après que les hommes ont grimpé au troisième monde »

« A la fin du deuxième monde , la terre ne comptait donc plus que 2 continents »

« Le deuxième monde fut détruit par la glace. Encore une fois‚ notre peuple survécut et arriva dans le troisième monde‚ le troisième continent. »

 

« Sotuknang ordonna aux jumeaux pöqanghoya et palöngawhoya de revenir sur les pôles nord et sud de l’axe terrestre pour controller la rotation de la terre

Le mouvement fut brutal et la croute de glace éclata

Dès le mouvement régulier rétabli la glace commença à fondre

Les hommes gravirent les échelles de la kiva et émergèrent dans le 3ème monde »

 

« Peu de survivants entrèrent le troisième monde. »

 

« il fut détruit par l’eau pour les mêmes raisons , la terre bascula à moitié , les terres furent englouties et deux nouveaux continents apparurent : un grand , Kasskara , Mu et un petit , Talawaitichqua , Atlantide »

 

Comme à la fin du premier monde hopi , les kachinas , les néandertaliens , se sont réfugiés à la fin du deuxième monde hopi dans leurs bases des planètes proches , et ils ont sauvegardés des hopis sélectionnés , des sapiens , dans une station spatiale en orbite

Encore une fois les légendes nous démontrent la technologie des kachinas

 

Le métissage

Au cours des deux premiers monde , des néandertaliens ont clairement vassalisés les sapiens

Malgré tout , il n’ont pas pu , et les légendes nous le confirment , éviter le métissage

Au fil du temps , celui-ci est devenu de plus en plus important et de plus en plus courant

 

« Dans le troisième monde‚ et déjà depuis le premier monde‚ nous étions en relation avec les Kachinas. Kachine signifie « initié estimé de haut rang »

« Des enfants sont nés à la suite d’une relation mystique entre nos femmes et les Kachinas. »

« Nos gens pouvaient toucher les Kachinas‚ il y avait donc une proximité physique entre les Kachinas et les êtres humains. Mais‚ même si cela semble étrange‚ il n’y a jamais eu de rapports sexuels. Les enfants ont été conçus de façon mystique. De tels enfants‚ quand ils grandissaient‚ avaient une grande connaissance et une grande sagesse‚ et même parfois des pouvoirs surnaturels qu’ils avaient reçus par leur père spirituel. C’étaient toujours des hommes magnifiques‚ puissants‚ qui étaient toujours prêts à aider et jamais à détruire. »

 

Quel satyre ce Saint Esprit !

Aussi après 200 000 ans de métissage , il n’y a plus de néandertaliens , ni de sapiens

Il y a maintenant des populations locales pour lesquelles le pays est devenu la dénomination

2 nouvelles ethnies occupent les 2 principaux continents de l’époque et dominent les autres :

Les atlantes sont en Atlantide , appelé par les hopis Talawaitichqua

Les lémuriens sont sur Mu , appelé par les hopis Kuskurza , ou Kuz-Kurza , ou Kásskara

 

La séparation sociale y est toutefois toujours présente , les dirigeants étant principalement d’origine néandertalienne et la population principalement d’origine sapiens

Mais le métissage continuant toujours et les sapiens étant les plus nombreux , la dilution des néandertaliens devient inévitable et va créer un sapiens amélioré jusqu’au sapiens d’aujourd’hui

 

Le troisième monde hopi

Le troisième monde est nommé Kuz-Kurza

Il va de -204 060 à -100 956

 

« Ce monde dura longtemps et comme dans les mondes précédents les gens ne parlaient qu’une seule langue. Ils inventèrent beaucoup de machines d’une technologie très avancée, qui n’ont même pas été inventées dans cet âge. Ils avaient des pouvoirs spirituels qu’ils utilisaient pour le bien. »

 

« Dans ce troisième monde appelé Kuskurza , deux peuplades coexistent :

Chacune de son côté se développait, croissait »

 

« Mais les habitant de Talawaitichqua oublièrent la loi :

Ils bâtirent des vaisseaux , allèrent explorer le système solaire et créèrent des tas de choses permettant de manipuler les autres humains

Une partie de ceux de Kasskara se rebellèrent contre leur propre pays et ne respectèrent plus non plus la Loi »

 

« Là, une fois de plus les hommes se multiplièrent, se dispersèrent à la surface de la terre, et continuèrent leur évolution sur la Route de Vie. Dans le Premier Monde, ils avaient vécu avec les animaux. Dans le Deuxième Monde, ils avaient fait des objets, des maisons, et des villages. Dans ce Troisième Monde, ils se multipliaient et évoluaient avec une telle rapidité qu’ils créèrent de grandes villes, des pays et une civilisation complète. »

 

« Sous la direction du clan de l’Arc , les hommes utilisèrent leur pouvoir créateur d’une manière destructive. »

 

« Ainsi certains d’entre eux construisirent un patuwvota ( Bouclier-fait-de-Cuir ) et le firent voler grâce à leur pouvoir créateur. Ainsi ils allèrent vers une autre ville, l’attaquèrent et revinrent si rapidement que personne ne sut qui étaient les assaillants. Dès lors , dans bien des villes, les hommes construisirent des patuwvotas et s’entre-attaquèrent. Dans ce troisième monde , ainsi que dans les précédents, la corruption et la guerre s’établirent. »

 

« Le nom du troisième monde était Kásskara. Peu de gens‚ aujourd’hui‚ connaissent la signification de ce très vieux mot. Je l’ai apprise par Otto Péntewa qui s’en est souvenu‚ cela signifie “ mère terre ”. »

 

« Kásskara était un continent. Peut-être était-ce le même qui est appelé aujourd’hui Mu ou Lémurie. La plus grande partie du continent se situait au sud de l’Equateur‚ seulement une petite partie se trouvait au nord. »

 

« Quand nous avons hérité de ce monde-là‚ c’était le clan de l’arc qui avait le pouvoir. Pour cette raison‚ le chef de tribu du clan de l’arc était le souverain de Kásskara. »

 

« Avant de continuer l’histoire de Kásskara‚ je dois te dire que‚ naturellement‚ nous n’étions pas les seuls sur la terre. Dans d’autres pays‚ il y avait aussi des gens.

A l’est de chez nous se trouvait un continent que nous avons appelé Talawaitichqua‚ “ le pays de l’est ”. Dans la langue hopie‚ tichqua veut dire “ terre ”‚ la surface d’un continent‚ et la première partie du mot signifie “ matin ”‚ ou “ lever du soleil ”.

Entre ce continent et nous‚ il y avait une grande surface d’eau. Aujourd’hui‚ on appelle ce continent Atlantide et je continuerai à l’appeler ainsi car‚ pour toi‚ c’est un mot plus familier. »

 

« Au début du troisième monde‚ les gens d’Atlantide étaient aussi paisibles que nous. Nous avons‚ bien sûr‚ la même origine divine. Ils avaient les mêmes symboles que nous. »

 

« Vous avez développé beaucoup de choses‚ par exemple des avions. Quand mon oncle m’a amené à Oraibi voir la lithographie d’un avion à réaction‚ qui est naturellement beaucoup plus ancien que vos avions à réaction d’aujourd’hui‚ il m’a dit : “ Ce sera très très bien de voler à nouveau à travers les airs‚ comme l’a fait notre peuple avant. Quand il y a quelque part‚ dans le monde‚ très loin‚ une catastrophe‚ on peut apporter du secours (nourriture‚ médicaments‚ outils). Mais on va également apporter la mort aux hommes à des centaines de miles de distance. »

 

« Les Atlantes avaient également fait des recherches sur les secrets du créateur‚ qu’ils n’auraient pas dû connaître. Comme je te l’ai dit‚ ils en ont pris connaissance trop tôt. Spirituellement‚ ils n’étaient pas encore prêts‚ ils ont utilisé leur savoir pour soumettre d’autres peuples. Et en cela‚ ils ont enfreint l’ordre divin. Certains y ont même perdu leur vie. Ils ont également étudié d’autres planètes et ils s’y sont même rendus‚ mais comme c’étaient des planètes mortes‚ ils ne pouvaient y vivre. Ils devaient donc rester sur notre vieille terre. C’est alors qu’ils se sont retournés contre Kásskara. Ils savaient que‚ moralement et spirituellement‚ nous étions beaucoup plus forts‚ cela les a rendus envieux. C’est pourquoi la reine ( d’Atlantide ) voulut également conquérir notre pays et soumettre notre peuple. Elle a menacé notre souverain de réunir tous ses vaisseaux spatiaux au-dessus de notre continent et de nous détruire de là-haut. »

 

« Avec le temps‚ l’influence de cette femme ( la reine d’Atlantide ) conduisit à une scission de notre peuple. Elle commença à en amener de son côté. Il s’agissait d’hommes avides de pouvoir dont je t’ai parlé. Ils se détournèrent de nos lois et se dirent à eux-mêmes : “ Si nous sommes du côté des Atlantes et acceptons leurs exigences‚ nous aurons peut-être plus tard une bonne part du pouvoir. ” »

 

« Les chefs se réunirent de nombreuses fois. Mais le groupe de ceux qui avaient des connaissances scientifiques fut beaucoup plus fort et ils vinrent pour attaquer mon peuple avec le matériel de leurs pouvoirs et de leur invention.

Tout ce que je te raconte‚ ainsi que les événements ultérieurs‚ je les ai appris par ma grand-mère. Mais j’ai aussi discuté avec un homme qui est le dernier à connaître l’histoire du clan de l’arc. Je l’ai fait parce que‚ dans notre histoire‚ on dit que ceux du clan de l’arc avaient fait les pires choses. Il confirma ce qui s’était passé et dit : “ Oui‚ nous l’avons fait. ”

De très haut dans les airs‚ ils dirigèrent leur force magnétique sur nos villes. »

 

La technologie des hopis du troisième monde

Les Neandertal étaient plus grands , plus forts et plus intelligents que les Sapiens

Qui peut croire que pendant leurs 470 000 ans d’existence qu’ils n’ont pas pu dépasser l’âge de pierre ?

 

Il n’y a pourtant qu’à regarder notre histoire récente :

L’homme moderne d’aujourd’hui et sa technologie sont issus des hommes préhistoriques de l’âge de pierre qui s’est terminé entre -6000 et -2000

Il nous a donc fallu seulement 8000 ans maximum pour parvenir de l’âge de pierre à l’ère de la conquête de l’espace

Il est donc tout à fait normal que nos ancêtres des 3 premiers mondes y soient également parvenus

Les légendes du monde entier et d’ethnies différentes nous le confirment

 

Comme cela est raconté dans les légendes , les lémuriens et les atlantes n’étaient pas du tout pacifiques , même s’il étaient beaucoup plus évolués que nous le sommes aujourd’hui

Cela n’inspire guère confiance en notre avenir …

 

Nibiru

Nibiru est cité dans le poème de la création babylonien Enuma Elish de la bibliothèque d’Assurbanipal , roi d’Assyrie de 668 à 627 avant J.C.

Nibiru, Neberu ou Neburu désignait un astre associé au dieu Marduk ou le dieu Marduk

 

D’après la Tablette 5 de l’Enûma Elish , Nibiru pourrait être l’étoile du pôle nord céleste Alpha Draconis ou Beta Ursae Minoris

 

Pour Zecharia Sitchin et Burak Eldem , Nibiru serait une planète encore non identifiée qui passerait à proximité de la Terre tous les 3 600 ans et serait actuellement située au-delà de Pluton

 

Tyché

Les astrophysiciens John Matese et Daniel Whitmire ont prédit l’existence de la planète Nibiru , qu’ils ont rebaptisée Tyché

Les nouvelles données fournies par le télescope spatial WISE de la NASA en ont confirmé l’existence en 2011

 

Elle se situe à une distance d’environ 10 900 UA

1 UA correspond approximativement à la distance entre la Terre et le Soleil soit environ 150 millions de kilomètres

 

Tyché est presque entièrement composée d’hydrogène et d’hélium comme Jupiter , mais quatre fois plus massive , soit 1272 fois plus massive que la Terre

Cette planète gazeuse est la plus grosse planète orbitant autour du Soleil

C’est la neuvième planète du système solaire

Son orbite a un rayon de 0.25 année-lumière , soit environ 15 000 UA

Sa période orbitale est d’environ 1,8 million d’années

 

Histoire de Nibiru-Tyché

La légende nous raconte son histoire :

Nibiru ou Tyché , est passée au voisinage de la Terre vers -204 060 , provoquant des séismes , des tsunamis , des éruptions volcaniques et le basculement de l’axe des pôles , engendrant l’engloutissement de continents entiers et d’important changements climatiques

 

img611

Croquis Douglas Moonstone

Les planètes sont à l’échelle – Les orbites et les distances ne sont pas à l’échelle

 

En passant trop près de la Terre , en plus des désagréments causés à la Terre , l’orbite de Tyché a été modifiée , l’obligeant à cheminer le long d’une nouvelle orbite pour récupérer sa route initiale

Cela laissait prévoir un nouveau passage près de la Terre vers -100 956

Ce nouveau passage pouvait soit être plus éloigné que le premier , soit directement percuter la Terre

Nous sommes encore là et donc Nibiru a préféré la première solution , ouf !

 

Les terriens disposaient donc d’environ 100 000 ans pour acquérir la technologie qui leur aurait permis de dévier la trajectoire d’une planète 1272 fois plus massive que la Terre

Nos collègues du troisième monde n’y sont pas parvenus

Et ils ne savaient pas si cette fois ci Nibiru n’allait pas percuter la Terre

C’est pourquoi ils ont choisi d’aller se réfugier sur une autre planète , dans une galaxie lointaine

 

Le départ vers l’espace

Les 2 premières fins de monde impactaient la situation sur Terre

Même si elles ont été terrifiantes , elles ne mettaient pas en cause la pérennité de notre planète

Cette fois-ci , ce n’est plus la même chose :

Comment prévoir avec certitude le cheminement du retour de Nibiru ?

A rien près , Nibiru peut nous éviter totalement , nous causer des dégâts mineurs , nous causer des dégâts majeurs , nous avaler ou nous percuter

 

Dans ces 2 derniers cas , qui ne sont pas à exclure , c’est notre disparition pure et simple qui est en jeu

Les 2 premières fois , il a suffi de rester réfugié dans l’espace proche et y attendre que la planète soit de nouveau habitable

Mais cette fois , l’espace proche ne sera plus un refuge fiable , et la Terre pourrait même disparaitre à jamais

 

Tous ces évènements se diluent dans le temps :

Les ressentis cataclysmiques commencent environ 20 000 ans avant et ne se terminent que 20 000 ans après , sauf si l’éradication est définitive , dans ce cas il n’y a plus d’après …

 

En – 120 000 , il faudra donc déjà être parti depuis longtemps

En fait pour être sûr d’être prêt à temps , le départ devra être fait en -140 000

Ce qui laisse seulement 40 000 ans pour être prêt à temps , compte tenu que la Terre n’est habitable que depuis -180 0000

 

Les atlantes comme les lémuriens se mettent au travail et en -140 000 , ils partent vers la galaxie Atlantide et la galaxie Eden

Après un long voyage de près de 20 000 ans , les terriens arrivent vers -120 000 à Atlantide pour les atlantes et à Eden pour les lémuriens

 

La fin du troisième monde hopi

« Le monde fut détruit par l’énorme déluge raconté dans toutes les religions. »

 

« Avec toutes ces guerres destructrices , il leur sera très difficile d’aller à l’extrémité de la Terre que j’ai choisie pour eux . je veux les aider. Aussi il te faudra les sauver pendant que je détruirai ce monde avec l’eau. »

« Comment pourrais-je les sauver ? », demanda Mère-Araignée.

« En arrivant là-bas, cherche autour de toi », commanda Sótuknang.

« Tu trouveras de grandes plantes à tige creuse. Coupes-les et mets les hommes à l’intérieur. Je te dirai que faire ensuite. »

« Mère-Araignée fit ainsi qu’il lui avait été dit. Elle coupa les plantes creuses, et à mesure que les hommes arrivaient, elle les y installait, leur donnant un peu d’eau et du hurúsuki (pâte-de-farine-de-maïs-blanc) pour se nourrir. Après quoi elle scellait les tiges. Une fois tous les hommes enfermés, Sótuknang apparut. »

« Pour que tu puisses continuer à prendre soin d’eux, je vais te mettre dans une de ces tiges. Ensuite, je détruirai le monde.»

« Il libéra les eaux sur la terre. Des vagues plus hautes que les montagnes s’avancèrent au-dessus des continents qui furent brisés et engloutis dans les mers. Les pluies continuèrent , et les vagues balayèrent la surface du globe.

Dans leurs tiges , les hommes entendirent le rugissement des eaux. Ils furent projetés dans les airs et retombèrent à la surface des eaux. Puis ce fut le calme et le silence. Ils surent qu’ils flottaient. Pendant longtemps , très longtemps , si longtemps que cela semblait sans fin , ils flottèrent.

Enfin le mouvement cessa. Mère-Araignée ouvrit les tiges creuses , saisit les hommes par le sommet de leur tête , et les libéra. Puis elle ordonna : « montrez-moi toute la nourriture qu’il vous reste. »

Les hommes présentèrent leur hurúsuki. Ils s’aperçurent qu’ils en avaient autant qu’au début, bien qu’ils aient mangé pendant tout ce temps-là. Regardant autour d’eux, ils virent qu’ils étaient sur un petit morceau de terre qui avait été le sommet d’une des plus hautes montagnes. Et aussi loin qu’ils pussent voir, il n’y avait que de l’eau. C’était tout ce qu’il restait du Troisième Monde. »

 

« Notre peuple avait des connaissances comparables à celles d’Atlantide‚ mais il les a utilisées uniquement à des fins utiles et bonnes. »

« Peut-être devrais-je te dire ici que toutes les histoires qu’elle me racontait‚ il me fallait toutes les répéter. Quand je me trompais‚ elle m’interrompait et je devais recommencer. C’est pourquoi je connais par cœur tout ce que ma grand-mère m’a raconté. »

« C’est ainsi que toutes les bombes‚ ou quoi que cela ait pu être‚ ont explosé loin au-dessus et le bouclier protégea tous les gens qui devaient être sauvés et qui avaient été rassemblés dans une certaine région. Nous seuls avons été sauvés. Des villes furent attaquées et beaucoup de gens périrent.

Et puis – comme disait ma grand-mère – quelqu’un a appuyé sur le mauvais bouton et les deux continents ont sombré. Ce ne fut pas le déluge universel. La terre entière ne fut pas détruite et tous les hommes ne furent pas tués. Atlantide s’enfonça très vite dans l’océan‚ mais notre troisième monde‚ Kásskara‚ s’enfonça très lentement. »

 

Cataclysmes de fin du troisième monde

Comme on l’a vu , le déplacement de l’axe des pôles terrestres va provoquer un arrêt de la rotation de la Terre , un déplacement chaotique , mais petit à petit la Terre va retrouver sa place

Cela va durer au total près de 40 000 ans

 

Cela va d’abord bloquer les mers , puis ce mouvement stoppé va créer des vagues de plusieurs centaines de mètres de haut , voire de plus d’un kilomètre

Tout sera détruit et englouti au passage et des continents , il ne restera que le sommet des montagnes

Les 2 principaux continents n’ont pas sombré mais ont été engloutis par les vagues de tsunami

En effet Mu ne sombrera qu’aux environs de -40 000 et Atlantide en -3 000

 

Les hommes , ceux restés sur Terre , car tous ne sont pas partis en -140 000 dans l’espace , se sont réfugiés à l’intérieur de tubes insubmersibles , comprenant toutes les installations d’autonomie comme celle d’une station spatiale

Les tubes comprenaient ainsi la fabrication permanente de nourriture , la récupération de l’eau et tout ce qui était nécéssaire à la survie pendant 40 000 ans

 

Il est intéressant de noter que Mère-Araignée saisit les hommes par la tête

Cela fait penser à des scaphandres de congélation saisis par des robots …

 

Publié dans atlantide, eden, Kasskara, Kuskurza, Kuz-Kurza, Le troisième monde hopi, Mu, Nibiru, Non classé, Talawaitichqua, Tyché | Laisser un commentaire

DESTINATION TERRE 7 , Mu et les autres mondes ; Chapitre 15 : Le deuxième monde hopi

DESTINATION TERRE 7 , Mu et les autres mondes

Chapitre 15 : Le deuxième monde hopi

 

Arrivée dans le deuxième monde hopi

Comme on l’a vu dans la fin du premier monde hopi , les kachinas , les néandertaliens , se sont réfugiés dans leurs bases d’une autre planète proche , probablement une planète de Sirius B et une planète d’Alnitak , comme nous l’avons vu dans les tomes précédents , et ils ont sauvegardés des hopis , des sapiens , dans une station spatiale en orbite

 

D’ailleurs ils nous le disent bien dans leurs légendes de l’arrivée dans le quatrième monde ( aux alentours de -100 000 ) , lors des attaques ennemies durant les migrations des hopis :

« Le moment où nous devrons rejoindre nos planètes et nos étoiles lointaines n’est pas encore venu »

 

En effet , aux alentours de -300 000 , à la fin du premier monde , ils ont déjà bénéficié de 200 000 ans d’évolution depuis leur accession aux environs de -500 000 à un statut d’évolution quasi égal au notre d’aujourd’hui

 

« Beaucoup moururent et seulement une petite poignée survécu. Ensuite cette poignée de personnes pacifiques entra dans le second monde. »

C’est évident qu’ils n’ont pu sauver dans leur capsule spatiale que peu de hopis , mais qu’ils ont été soigneusement sélectionnés

En effet la migration vers le sauvetage en suivant un nuage et une étoile ressemble à un jeu de piste plutôt ardu

C’est bien une sélection des plus forts et des plus intelligents

 

Aussi dès que le refroidissement de la Terre l’a rendue habitable , ils y sont revenus et y ont fait revenir les sapiens sauvegardés

Leur absence sur la planète a duré le temps des cataclysmes de feux , volcaniques et météoriques , mais surtout celui du refroidissement , soit environ 30 000 ans

 

Le deuxième monde hopi

Le deuxième monde est nommé Tokpa

Il va de -307 164 à -204 060

 

Rappel :

« Entre guillemets = Extraits des légendes hopis »

 

« Enfin ce qui avait été le premier monde devint assez froid. Sótuknang le purifia et commença à concevoir le deuxième monde. Il en changea la forme complètement, plaçant les continents là où avaient été les eaux, et les eaux là où avaient été les terres. Ainsi lorsqu’ils émergeraient, les hommes n’auraient rien qui puisse leur rappeler le monde corrompu antérieur.»

 

« Sótuknang s’adressa en premier lieu au Peuple des Fourmis : « Je vous remercie de votre aide. Je ne l’oublierai jamais. Le temps pour la destruction d’un autre monde viendra. Alors les hommes corrompus sachant leur dernier jour proche viendront s’asseoir sur la fourmilière en vous suppliant de les sauver. Parce que vous avez fait   selon mon désir, vous pouvez aller vivre sur ce Deuxième Monde où vous prendrez place en tant que fourmis.»

 

« Puis il parla aux hommes : « Maintenant faites votre émergence dans le Deuxième monde que j’ai créé. »

 

« C’était une grande terre. Les hommes s’y multiplièrent rapidement et se répandirent dans toutes les directions, même jusqu’à l’autre côté de la planète. Ce fut très bien ainsi car les hommes étaient si proches spirituellement qu’ils avaient la possibilité de se voir et de s’entendre grâce à l’usage du centre vibratoire du sommet de la tête. »

 

Les hopis du deuxième monde

Les continents du premier monde sont dans l’eau et l’eau révèle de nouveaux continents

La théorie de tectonique des plaques n’est pas remise en cause

Il s’agit juste de la mise en place des continents et des océans en 3 dimensions

Tout au long de l’histoire de la Terre des continents entiers n’ont cessé de sombrer ou d’émerger

 

Les hopis ont été débarqués sur une grande terre , un continent d’où au fur et à mesure de leur expansion , ils vont pouvoir émigrer dans toutes les directions « jusqu’à l’autre côté de la planète »

 

Les distances ne présentaient pas d’obstacles puisqu’ils étaient accompagnés des technologies des kachinas :

« Ils avaient la possibilité de se voir et de s’entendre grâce à l’usage du centre vibratoire du sommet de la tête »

Leur technologie de communication ne comprenait pas seulement l’émission et la réception des sons , mais aussi de l’image

Et cette technologie était mobile et portable …

 

« vous pouvez aller vivre sur ce Deuxième Monde où vous prendrez place en tant que fourmis »

Nous avons vu que les fourmis étaient en réalité des robots

Ils disposaient donc aussi de l’aide de ces robots tous terrains pour toutes les tâches nécessaires à la survie dans ces territoires tout neufs

 

Sapiens

Extrait des légendes hopis du premier monde :

« Malgré tout , ils n’avaient plus le privilège de la compagnie des animaux qui vivaient en troupeaux sauvages »

 

Extrait des légendes hopis du deuxième monde :

« Ce fut alors que les animaux se séparèrent des hommes. L’esprit protecteur des animaux imposa ses mains sur leurs pattes de derrière, au-dessous de la queue, et les rendit ainsi sauvages ; ils se ruèrent loin des hommes, effrayés »

 

Nous avons vu dans les chapitres précédents que Homo proto-sapiens va progressivement devenir Homo sapiens vers -350 000 , c’est-à-dire :

Au cours du premier monde hopi

Vers -300 000 , dans le deuxième monde hopi , ils auront terminé cette évolution

Les légendes hopis non seulement nous racontent cette évolution , mais la datent avec des dates relativement précises puisqu’ils situent le début de cette évolution au cours du premier monde et la déclarent terminée à l’avènement du deuxième monde

 

Cette évolution nous est contée par la communication existante entre les hopis , proto-sapiens , et les animaux , les mammifères

En effet il existe de nombreuses zones de notre cerveau qui sont inutilisées

Il est plus que probable que certaines de ces zones servaient à la communication avec les autres mammifères et que les proto-sapiens l’utilisaient

Lors de leur évolution ils ont eu besoin d’utiliser de nouvelles zones et ainsi ont donc été obligés d’abandonner des zones moins utiles

A partir de cette époque , Homo sapiens ne communiquera plus avec les autres mammifères

 

Datation des sapiens

En 1932 on a découvert à Florisbad , en Afrique du Sud , un crane daté d’il y a environ 260 000 ans

James Brink , responsable du site de Florisbad nous dit :

« On trouve aussi des pierres taillées de type Levallois datant de près de 500 000 ans à Kathu Pan , en Afrique du Sud , et au Kenya. Je pense qu’on peut associer ces outils aux premiers Homo sapiens , donc il est probable que les premiers représentants de notre espèce avaient une distribution panafricaine , et que celle-ci est intervenue il y a moins de 500 000 ans. »

 

Le Collège de France à Paris possède deux cartes de l’Afrique :

La première montre une Afrique quasiment vierge de découvertes de fossiles paléoanthropologiques

Mais on sait qu’une grande partie du continent n’a pas été explorée

Il est donc plus que probable que des fossiles d’Homo sapiens ancien doivent s’y trouver

La seconde montre cette région il y a 300 000 ans

A cette époque , l’Afrique est intégralement verte et le désert du Sahara n’existe pas encore

 

On voit bien qu’au fur et à mesure des nouvelles découvertes des paléologues que l’on se rapproche petit à petit de la réalité , celle des légendes :

Homo proto-sapiens vers -800 000

Homo sapiens vers -350 000

 

La fin du deuxième monde hopi

« Ils répétèrent leurs erreurs et ce monde fut détruit par le Grand Age de Glace. »

 

« Il ordonna aux jumeaux Pöqanghoya et Palöngawhoya de quitter les pôles nord et sud de l’axe terrestre où ils étaient en place pour contrôler la rotation de la planète. Aussitôt l’astre sans contrôle la terre s’inclina, se mit à tourner de manière désordonnée, et par deux fois se renversa. Les montagnes furent précipitées dans les océans et dans un grand débordement les eaux se répandirent sur les terres. Le globe tournoya dans le froid et l’espace sans vie ; il devint un bloc de glace

Ce fut la fin du deuxième monde, Tokpa. »

 

« Sotuknang ordonna aux jumeaux pöqanghoya et palöngawhoya de quitter les pôles nord et sud de l’axe terrestre où ils étaient en place pour Controller la rotation de la terre. Sans contrôle la terre s’inclina et tourna de manière désordonnée. Elle se renversa 2 fois. Les montagnes furent précipitées dans les océans et l’eau a envahi les terres. La terre tournoya dans le froid et l’espace et devint un bloc de glace »

 

Du deuxième au troisième monde hopi

« Nous allons immédiatement détruire ce monde après vous avoir placé dans un endroit sûr »

 

« A nouveau Sotuknang demanda au peuple des fourmis d’offrir refuge aux élus »

 

Les kachinas , des néandertaliens , sont suffisamment évolués pour connaitre la durée des mondes , 103 104 ans , et savaient que d’importants cataclysmes allaient ponctuer la fin du deuxième monde vers -204 060

Aussi , ils se sont de nouveau réfugiés dans leurs 2 planètes proches et ont de nouveau sauvegardé une sélection de hopis , les sapiens

Les « fourmis » avaient été prévenues depuis longtemps et avaient pu préparer ce nouveau départ vers la station spatiale en orbite

 

Cette fois ci le cataclysme de fin de monde va être un déséquilibre total de la planète Terre , probablement provoqué par un déplacement du pôle magnétique de façon erratique jusqu’à quasiment au pôle sud

On peut imaginer que ce « court-circuit » magnétique a été provoqué par le passage d’un corps astral très fortement magnétique dont l’orbite s’est trop rapprochée de la Terre

 

Cet énorme et soudain déplacement du pôle magnétique va provoquer l’arrêt de la rotation de la planète , alors que les océans , continuant leur course cinétique vont inonder la quasi-totalité des terres émergées

Sans rotation fixe autour du Soleil , la Terre est devenue une boule de glace

Le corps astral s’éloignant , les choses se sont naturellement remises en place et la Terre est redevenue ce qu’elle était

Mais cela a rendu la Terre inhabitable pendant plus de 20 000 ans

 

Il faut tout de même souligner les connaissances technologiques dévoilées dans les légendes : axe terrestre , refroidissement , etc …

 

Cataclysmes de fin de monde

La barrière rocheuse de Weal-Artois qui s’étendait entre Douvres et Calais a été ouverte il y a environ 425 000 ans , créant le détroit de Douvres

200 000 ans plus tard , vers -225 000 , une déglaciation plus forte que la précédente créa un lac glaciaire à l’emplacement actuel de la Mer du Nord qui s’est alors déversé dans la Manche , érodant la muraille calcaire

 

Ce deuxième cataclysme détruisit complètement la barrière rocheuse qui devint alors le détroit de Douvres d’aujourd’hui

L’Angleterre était devenue une île

 

La Terre il y a environ 230 000 ans

 OGLE-2005-BLG-390Lb_planet

Temperature 50K or -223C , OGLE-2005-BLG-390L b

http://www.nasa.gov/topics/universe/features/exoplanetHouseOfHorrors.html

Photo Wikipedia Public domain : Stas1995

 

Vue d’artiste de la NASA d’une exo planète glacée en orbite de l’étoile naine rouge OGLE-2005-BLG-390L b

Voilà à quoi ressemblait la Terre de -230 000 à -200 000 ans , dates approximatives

 

Publié dans Homo neandertal, Homo sapiens, hopis, légendes hopis, Le deuxième monde hopi, Non classé, Sapiens | Laisser un commentaire

DESTINATION TERRE 7 , Mu et les autres mondes ; Chapitre 14 : Le premier monde hopi

DESTINATION TERRE 7 , Mu et les autres mondes

Chapitre 14 : Le premier monde hopi

 

Les légendes hopi

Les légendes hopi nous sont parvenues par voie orale

Bien qu’elles nous soient parvenues à des époques différentes et par l’intermédiaire de nombreux conteurs , le contenu reste toujours identique et cohérent

 

Chaque version est un récit général résumé de la légende

La principale différence entre les versions est qu’elles comportent chacune en plus du résumé , un récit détaillé et complet d’évènements particuliers , différents selon l’objectif du conteur

C’est pourquoi il est nécéssaire pour suivre l’histoire des quatre premiers mondes hopis , de compiler tous les récits connus et d’y prendre les extraits complets et détaillés des évènements choisis par ce conteur

 

Vous trouverez ainsi au cours de l’histoire des quatre premiers mondes des extraits « entre guillemets » de légendes hopis qui ne proviennent pas tous de la même source , mais qui viennent bien sûr des écrits « officiels » hopis , comme énumérés dans le chapitre 11

 

Les hopis du premier monde

Le premier monde s’appelle Tokpela

Il va de -410 268 à -307 164

 

Dans ce monde on apprend aux enfants dès l’âge de huit ans que leurs parents réels ne sont pas leur seule famille

Leur mère Terre et leur père le Soleil font aussi partie de leur vie

 

Le corps de l’homme et la Terre ont la même structure pour les hopis :

Un axe les traverse

Pour   l’homme , ses fonctions vitales sont assurées par 5 centres vitaux placés le long de l’axe vibratoire :

1 Fontanelle , d’où entre et sort la vie

2 Cerveau

3 Gorge

4 Cœur

5 Plexus , « Trône d’où l’homme dirige toutes les fonctions »

Il est intéressant de constater qu’il en est de même pour ces points vitaux chez les chinois et les hindous

 

« Les Premiers Hommes ignoraient la maladie. Tant que le mal ne s’introduisit pas dans ce monde, personne n’eut jamais la tête ou le corps malade. Plus tard l’homme médecine, sachant comment l’homme était construit, pour savoir d’où venait le mal , examinait ces centres vibratoires. Il imposait ses mains au sommet de la tête, sur la gorge, sur le cœur, sur le ventre, et percevait ainsi les vibrations de chaque centre. Il déterminait le plus fort et le plus faible.

L’homme-médecine se servait dans ce cas d’un cristal d’environ 3 cm d’épaisseur.

Il le plaçait dans la lumière du soleil pour le rendre efficace , et au travers pouvait voir ensuite la cause du mal en examinant chacun des centres vibratoires »

 

« Dans le premier monde‚ Táiowa créa l’homme. Táiowa a créé toutes les choses dans cet univers. Il n’y a rien qu’il n’ait réalisé. L’endroit où il se trouve est appelé « la hauteur » ‚ beaucoup de gens l’appellent « ciel » . Personne ne sait où cela se trouve‚ mais à partir de là‚ il dirige l’univers. Il a donné un cerveau à l’homme‚ il lui a donné le savoir‚ il lui a donné tout ce dont l’homme a besoin dans sa vie. Et il lui a donné la Loi et les devoirs auxquels il doit obéir dans cet univers. »

On voit dans ces légendes que la technologie des dirigeants comprend la médecine , l’agriculture , la communication , l’aviation poussée jusqu’au soucoupes volantes , et les habitats et voyages dans l’espace

Mais la main mise sur les populations vassalisées est aussi de rigueur

Et aussi la christianisation des textes par les traducteurs …

 

Pré-Neandertal

« Le vieillard » de La Chapelle-aux-Saints qui a été découvert en 1908 , était inhumé dans une sépulture

C’est le premier squelette de néandertalien mis au jour en France

Le paléontologue Marcellin Boule qui l’a étudié , a accentué ses traits simiesques

Il décrit les néandertaliens comme des homme des cavernes sauvages qui se déplacent en traînant les pieds , marchant difficilement debout

 

En fait , après ré-étude avec des moyens plus modernes , on s’est aperçu que la stature courbée du « vieillard » de La Chapelle-aux-Saints , était due à ses blessures et à une arthrite sévère

Il a d’abord été daté de -45 000 , puis de -60 000 , mais il serait probablement bien plus ancien

 

En réalité il fait partie d’une lignée pré-néandertalienne , attestée entre -1 000 000 d’années jusqu’à au moins -120 000 ans , voire plus

 

Neandertal

Les néandertaliens étaient plus grands , plus forts et plus intelligents que les Sapiens

Il est déjà prouvé qu’en -550 000 , à leur émergence , leur niveau de civilisation en était au début de l’évolution de l’homme moderne

Qui peut croire que pendant leurs 520 000 ans d’existence qu’ils n’ont pas pu dépasser l’âge de pierre ?

 

Depuis 2010 , on commence à cerner des éléments du patrimoine génétique néandertalien

Les généticiens ont ainsi découvert des restes de gènes néandertaliens persistant dans des génomes humains modernes

Ils en concluent que des populations néandertaliennes se sont mélangées à celles de sapiens et pas uniquement avec des populations africaines

 

Les paléontologues datent les néandertaliens de -250 000 à -30 000

Ils ne leurs accordent même pas le degré de civilisation qu’ils avaient déjà atteint en

-500 000

Les généticiens commencent à voir les choses autrement et sont surpris de voir ce qu’ils découvrent

Si les scientifiques avaient fait confiance aux légendes , ils se seraient aperçus que les néandertaliens du 1er monde , avaient déjà en -410 268 une civilisation plus évoluée technologiquement que la nôtre en 2018

 

Sapiens

Les derniers sapiens trouvés au Maroc ont été datés des environs de -315 000 ans

On se rapproche sérieusement de la réalité :

Proto sapiens a émergé en -800 000 pour devenir enfin sapiens moderne en -350 000

Son niveau technologique à cette époque devait être celui d’un homme de la fin du moyen-âge

 

Neandertaliens et Sapiens

Comme pour les néandertaliens , on trouve des trace des sapiens en Afrique , en Europe , au Proche-Orient et en Asie

 

Mais comme on l’a vu dans les légendes , même si les sapiens et les néandertaliens se sont côtoyés , ils vivaient en clans indépendants chacun de leur côté

Mais les sapiens n’étaient jamais très loin

Ils sont devenus totalement dépendants des néandertaliens qui les vassalisaient

Mais la nourriture facile attire plus surement qu’un aimant

 

Il est plus que probable que de vivre à côté des néandertaliens a accéléré leur émergence depuis le proto jusqu’au genre

Et cela rend toujours service d’avoir des serviteurs plus évolués

 

Le premier monde hopi

Comme nous le disent les légendes , les kachinas intervenaient peu dans la vie des hopis , sauf à leur donner un coup de pouce de temps en temps pour subvenir à leurs besoins en nourriture ou pour séduire les jolies jeunes filles

 

C’est pourquoi ces légendes parlent assez peu de la vie des kachinas , en dehors de la légende « Die Suche » que je vous ai traduit dans le chapitre 12

 

Cela nous raconte que les hopis se laissaient vivre tranquillement et que les katchinas étaient très actifs et occupés

Bref , pour les hopis , c’était la belle vie , mais pour les kachinas , leur évolution les a plongé dans une vie trépidante , comme nous commençons à nous en rendre compte nous même

 

La fin du premier monde hopi

« Mais l’homme devint méchant et ne respecta pas la Loi…

Le premier monde périt donc par le feu

Une poignée d’hommes , les ancêtres des hopis , fut sauvée afin de conserver et transmettre les connaissances »

 

« Quand les humains sont devenus mauvais, ce monde a été détruit par le feu. Les hommes épargnés ont été guidés vers un nouveau monde au-dessus »

 

« Le premier monde fut détruit par le feu des volcans et des météorites »

 

« Le premier monde fut détruit par le feu‚ parce que les hommes sont devenus méchants. Mais notre peuple‚ ceux qui dans des temps plus récents sont devenus les Hopis‚ survécut à la destruction‚ parce que notre peuple fut choisi pour conserver la connaissance de ces faits à travers les temps‚ jusque dans le présent‚ et de la transmettre dans le futur »

 

« Beaucoup moururent et seulement une petite poignée survécut. Ensuite cette poignée de personnes pacifiques entra dans le second monde. »

 

Le départ des hopis vers le deuxième monde

« Nous ( les kachinas ) avons décidé la destruction de ce monde et la création d’un autre où vous , les élus , pourrez recommencer à nouveau , Vous avez été choisi pour cela »

 

«  Vous allez vous diriger vers un endroit particulier, endroit vers lequel votre

kopavi ( le centre vibratoire du sommet de la tête ) vous guidera . Cette sagesse intérieure vous fera voir un nuage spécial que vous suivrez pendant le jour , et une étoile particulière qu’il vous faudra suivre la nuit. Ne prenez rien avec vous. La fin de votre voyage sera indiquée lorsque le nuage et I ‘étoile s’arrêteront. »

 

« Dans le monde entier ces élus quittèrent leurs maisons et leurs peuples pour suivre   le nuage et l’étoile. Les gens leur demandaient où ils allaient, et à leur réponse se moquaient d’eux en disant : « Nous ne voyons ni nuage ni étoile ! » Ils avaient perdu leur vision intérieure. Malgré tout, certains crurent et se mirent à suivre ceux qui pouvaient voir le nuage pendant le jour et l’étoile pendant la nuit. Il était bon qu’il en fût ainsi.

Après bien des jours et bien des nuits, les premiers élus arrivèrent à l’endroit particulier. Bientôt d’autres survinrent et leur demandèrent : « Que faites-vous ici ? », et ils répondirent : « Sótuknang nous a dit de venir en ce lieu. » Les arrivants disaient : « Nous aussi nous avons suivi la nuée et l’étoile ! »

 

« Une fois tous arrivés Sótuknang apparut : « Très bien , vous êtes tous là , vous les élus que j’ai choisi de sauver de la destruction de ce monde. Maintenant suivez-moi ! »

Il les guida vers un gigantesque monticule dans lequel vivait le Peuple des Fourmis. Frappant du pied, il leur ordonna d’ouvrir leur maison. Lorsqu’une ouverture fut dégagée au sommet de la fourmilière, Sótuknang dit aux élus : « Entrez dans la Kiva Fourmi, là vous serez protégé lorsque je détruirais ce monde. »

 

Il est intéressant de constater , que contrairement à la Loi , ce ne sont pas les bons qui ont été sauvés , mais plutôt les « cadres » de tous les clans , y compris des clans comme celui du feu , qui a pourtant été reconnu par les hopis comme celui des méchants qui ont bafoué la Loi

 

L’homme n’a pas changé : ce sont les plus riches qui pour l’amour de l’argent pour l’argent , vont détruire la Terre , et ce sont eux seuls qui auront les moyens de se sauver …

 

La destruction du premier monde hopi

« Le Peuple Elu alla vivre avec les Fourmis. Lorsqu’ils furent tous établis en sécurité, Taiowa donna l’ordre à Sótuknang de détruire ce monde. Sótuknang choisit la destruction par le feu car les chefs des hommes avaient été les membres du clan du Feu. Il y eut des pluies de feu, les volcans s’ouvrirent. Le feu vint d’en haut et d’en bas, et partout jusqu’à ce que la terre, les eaux et les airs ne fussent plus qu’un seul élément, le feu.

Rien ne fut épargné si ce n’est le peuple protégé au sein de la Terre. Ainsi prit fin Tokpela, le Premier Monde. »

 

On voit bien qu’un monticule de fourmilière n’a aucune chance de résister à un cataclysme de feux volcaniques et de chutes de météorites de cette amplitude , surtout qu’il est bien précisé que cela se passe : Partout

 

L’arrivée des hopis dans le deuxième monde

« Toutes ces catastrophes n’empêchaient pas les hommes de vivre heureux sous la   terre et en bonne compagnie avec le Peuple des Fourmis. Leurs demeures étaient identiques à celles qui étaient détruites à la surface : des chambres et des pièces où   conserver la nourriture. Ils s’éclairaient avec une sorte de lumière émise par de petits cristaux qui avaient absorbé la lumière du soleil. »

 

« S’il n’avait pas fallu trop de temps à Sótuknang pour détruire le monde , et s’il n’avait pas besoin de plus de temps pour créer le nouveau, il lui fallait néanmoins attendre que le premier se refroidisse avant que le second puisse être établi. »

 

« Pour pouvoir nourrir tout le monde , ils ( les fourmis ) se rationnaient eux-mêmes. Chaque jour ils serraient leur ceinture un peu plus, et encore plus. C’est pourquoi les fourmis ont de nos jours une taille si fine. »

 

« Enfin ce qui avait été le premier monde devint assez froid. Sótuknang le purifia et commença à concevoir le deuxième monde. Il en changea la forme complètement , plaçant les continents là où avaient été les eaux, et les eaux là où avaient été les terres. »

 

« Sótuknang s’adressa en premier lieu au Peuple des Fourmis : « Je vous remercie de votre aide. Je ne l’oublierai jamais. Le temps pour la destruction d’un autre monde viendra. Alors les hommes corrompus sachant leur dernier jour proche viendront s’asseoir sur la fourmilière en vous suppliant de les sauver. »

 

Le deuxième monde

Les kachinas , des néandertaliens , sont suffisamment évolués pour connaitre la durée des mondes , 103 104 ans , et savaient que d’importants cataclysmes allaient en ponctuer la fin vers -307 164

Comme ils avaient le moyen de le prévoir , ils ont pu préparer le passage vers le deuxième monde

 

Il leur fallait aussi sauver quelques échantillons de sapiens , car lorsqu’ils reviendraient sur la Terre , ils auront besoin de main d’œuvre

 

Analyse des légendes

Si nous analysons et résumons les légendes , on note les situations suivantes :

    • Aller se réfugier dans un endroit particulier
    • Immense monticule des fourmis
    • Kiva ( maison ) Fourmis
    • Sous terre , chambres et greniers à nourriture
    • Eclairage avec lumière des cristaux , ayant absorbé la lumière du soleil
    • Les fourmis ne se nourrissent pas
    • Destruction par le feu : pluies de feu , volcans , feu d’en haut et d’en bas
    • Planète couverte de feu
    • Attendre le refroidissement
  • Les hopis ont été emmenés dans un nouveau monde au-dessus

 

  • Il faudra recommencer l’opération dans 100 000 ans environ et avertissent les Fourmis qu’ils auront de nouveau besoin de leurs service

 

La réalité crée les légendes

Les légendes sont la description de situations réelles décrites par des populations n’ayant pas la technologie suffisante pour interpréter et comprendre ce qu’ils ont vécu sans y inclure de la magie ou des pouvoirs supérieurs

 

Alors traduisons-les en langage clair :

  • Ils ont été conduits vers une base spatiale
  • Ils ont été embarqués dans un véhicule spatial conique , ressemblant aux vaisseaux spatiaux décrits dans les vedas hindous , datés d’il y a plus de 4000 ans
  • L’immense monticule par rapport à leur taille , est constitué par les infrastructures de la fusée porteuse , au sommet de laquelle se trouve la capsule qui va embarquer plusieurs centaines d’hommes et leur logistique
  • Ce vaisseau est appelé la Kiva des Fourmis , car leur équipage est appelé Peuple des Fourmis
  • Sous terre , c’est-à-dire sans vision sur l’extérieur
  • Eclairage par cristaux restituant la lumière , ça reste à inventer
  • Les Fourmis ne se nourrissent pas : normal , ce sont des robots ; l’équipage est entièrement automatisé
  • Ils ont appelé les robots , des « Fourmis » car avec leur articulation rotative entre le bas et le haut du corps , c’est la représentation de la fourmi parmi ce qu’ils connaissaient qui s’en rapprochait le plus
  • La planète Terre est en feu : impossible d’y rester
  • Attendre : avant le début des cataclysmes , pendant les cataclysmes et le temps du refroidissement
  • Nouveau monde au-dessus , ils se sont bien rendu compte qu’ils avaient quittés la Terre
  • Les kachinas savaient déjà que ce serait à refaire , car ils connaissaient le cycle des cataclysmes de 103 104 ans

 

Mercury_Friendship7_Bassett_Celestia

Mercury Friendship 7 in orbit , Image generated with Celestia by James R. Bassett

Photo Wikipedia CC : ElChristou , Soerfm , Magnus Manske

 

Et voilà tout notre petit monde , néandertaliens et Sapiens , certainement dans des vaisseaux différents , partis dans l’espace pour un séjour d’environ 30 000 ans !

Publié dans Le premier monde hopi, Non classé | Laisser un commentaire