DESTINATION TERRE 7 , Mu et les autres mondes ; Chapitre 7 : L’évolution

DESTINATION TERRE 7 , Mu et les autres mondes

Chapitre 7 : L’évolution

 

 

L’évolution dans l’antiquité

Hippocrate , au 5ème siècle avant J.C. , constate une relation entre l’anatomie et l’influence du milieu de vie

Aristote , au 4ème siècle avant J.C. , décrit déjà une évolution des êtres vivants pour arriver jusqu’à l’homme , selon une échelle évolutive : la Scala naturæ

Galien , au 2ème siècle après J.C. , incite les médecins à s’entraîner à la dissection sur des singes en raison de la ressemblance de leur anatomie avec les hommes

 

Carl von Linné établit une classification de la nature , Systema naturae , où l’homme est décrit sous le nom d’Homo Sapiens , membre du groupe des anthropomorphes comprenant les chimpanzés (Homo Troglodytes) et les paresseux

 

Jean-Baptiste de Lamarck définit l’évolution : des espèces plus complexes émergent en fonction des changements d’environnement , selon un processus évolutif

Il introduit les notions d’antériorité , de descendance , de généalogie des espèces et de transformisme

 

La théorie darwinienne

Le 1er juillet 1858 , deux thèses sont présentés à la Société linnéenne de Londres :

On the Tendency of Species to form Varieties , d’Alfred Russel Wallace

De l’origine des espèces , de Charles Darwin

Ces deux thèses présentent la théorie de l’évolution par la sélection naturelle

 

Darwin dans « De l’origine des espèces » , y explique le mécanisme de l’évolution des espèces

Sa théorie est que seules les espèces les mieux adaptées survivent et se reproduisent

C’est la sélection naturelle

 

Selon Wallace , seule la sélection naturelle conduit à l’évolution des espèces

Pour Darwin elle ne peut tout expliquer et il publie « La Filiation de l’homme » , qui y ajoute la sélection sexuelle

Il considère que les singes sont les animaux les plus proches de l’homme et pense que les origines de l’humanité se trouvent en Afrique

 

L’évolution de la théorie darwinienne

Les premiers débats sur la nature de l’évolution humaine restent des querelles de clocher , car on manque de fossiles humains clairement datés pour argumenter les discussions

 

La Dame rouge de Paviland découverte au Pays de Galles en 1823 , des squelettes masculins découverts en 1829 à Engis en Belgique puis des fossiles découverts dans la carrière de Forbes à Gibraltar en 1848 , ont été identifiés ultérieurement comme des néandertaliens

 

En 1856 des ossements humains sont découverts dans la vallée de la Neander , près de Düsseldorf

Johann Carl Fuhlrott les définis comme des ossements anciens et primitifs

Cela fait l’objet d’une vaste polémique car l’idée que d’autres types d’hommes aient pu exister n’était pas encore admise

 

Puis les découvertes vont se succéder pour étoffer l’argumentation de l’évolution darwiniste et prouver l’existence et l’ancienneté d’un type humain de morphologie différente de celle de l’homme actuel

 

Le chaînon manquant

À partir de 1860 , Huxley , Broca et Ernst Haeckel modélisent l’évolution du singe à l’homme

Nommé anthropopithèque par Gabriel de Mortillet et Pithécanthrope par Haeckel , la recherche du « chaînon manquant » commence

 

Eugène Dubois pense le découvrir en 1891 à Trinil en Indonésie avec l’homme-singe de Java

La découverte d’un de ses fémurs démontre qu’il devait se tenir debout et marcher

Il le baptise Pithecanthropus erectus , le singe-homme debout

 

En 1925 , Raymond Dart , décrit son « chaînon manquant » comme étant l’enfant de Taung , un Australopithecus africanus , découvert à Taung en Afrique du Sud

 

Mary et Louis découvrent en 1959 leur « Dear boy » , appelé également Mister Zinj , un australopithèque

En y appliquant une nouvelle technique de datation , ils repoussent à 1.8 million d’années la naissance de l’humanité , estimée jusqu’alors à seulement quelques centaines de milliers d’années

 

En 1974 en Éthiopie , la découverte de Lucy , un Australopithecus afarensis , démontre que la marche bipède date de 3 à 4 millions d’années

 

Le débat du chainon manquant est loin d’être clos

 

La sortie des eaux

Comme on l’a vu dans le chapitre précédent , des acides aminés à la vie multicellulaire , c’est déjà l’évolution en marche

Cette vie multicellulaire va donner naissance à l’ensemble de la vie aquatique , du plancton jusqu’aux poissons les plus évolués et notamment les tétrapodes

Cette diversification des espèces se produit principalement dans les mers côtières dont la faible profondeur y permet la photosynthèse et où elle va s’épanouir pendant 1 milliard d’années

 

Toutes les espèces , que ce soient les plantes , les champignons ou les animaux , vont devoir à un moment donné , sortir de l’eau

Il semble bien que les premiers à le faire , soient les champignons , suivis des plantes et longtemps après des animaux

Comme ce livre nous raconte l’histoire de l’homme , nous orienterons principalement notre étude sur la sortie de l’eau des animaux

 

Il y a environ 542 millions d’années , des évènements géologiques vont booster cette évolution en obligeant de nombreuses plantes , champignons et animaux , parmi ceux qui ne l’avait pas encore fait , à en sortir pour coloniser les terres immergées

 

Cette sortie des eaux s’est faite contrainte et forcée , principalement à cause de la glaciation de la fin de l’Ordovicien

La faune et la flore marine ont dû s’adapter progressivement à la vie terrestre , ce qui va causer l’extinction de nombreuses espèces incapables de s’adapter à leur nouveau milieu

 

De l’extinction des espèces à la vie terrestre

2000px-Extinction_Intensity_svg

Marine genus biodiversity : Extintion intensity

Photo Wikipedia CC : Author Rursus

 

L’extinction de l’Ordovicien-Silurien va provoquer la seconde plus importante extinction massive du Phanérozoïque , c’est-à-dire de – 542 millions d’années à nos jours , avec une estimation d’extinction d’environ 85 % des espèces

La plus importante étant celle du Permien-Trias qui interviendra environ 200 millions d’années plus tard

 

Elle va commencer avec des pics d’extinction en – 517 , – 502 et – 488 , millions d’années , bien entendu

Cette période d’extinction va continuer avec la glaciation de l’Ordovicien-Silurien , qui va durer environ 30 millions d’années , de – 450 à – 420 millions d’années environ

 

Cette glaciation va entrainer une baisse du niveau de la mer , c’est à dire une régression marine qui va provoquer un retrait de la mer sur des centaines de kilomètres et va aussi augmenter les environnements d’eau douce et allonger le cours des fleuves pour atteindre les mers

 

Puis la déglaciation va entrainer une hausse du niveau de la mer , c’est à dire une transgression marine globale majeure

Cette transgression va créer un événement anoxique océanique

L’anoxie est la diminution de l’oxygène disponible dans le milieu , qui se traduit par le manque de dioxygène dans l’eau

 

Cette régression , puis cette transgression vont entraîner des désordres écologiques qui vont rendre difficile l’adaptation des espèces à leurs nouveaux écosystèmes

Le milieu marin va être réduit et la ressource va diminuer

Puis pour ceux qui ont déménagé sur la terre et qui voudraient retourner dans le milieu marin , celui-ci va être moins profond et moins oxygéné

 

Ces changements climatiques majeurs vont profondément perturber les milieux de vie aquatiques et obliger les espèces à évoluer vers une vie terrestre

Cette opération va entrainer l’extinction des nombreuses espèces qui ne sauront pas s’adapter

 

Des tétrapodes aux mammifères

Les Tétrapodes , ou Tetrapoda , sont des animaux vertébrés avec deux paires de membres et bénéficiant d’une respiration pulmonaire

Les premiers tétrapodes étaient aquatiques

L’apparition des tétrapodes aquatiques date d’il y a environ 380 millions d’années

 

Pour coloniser les milieux terrestres , les tétrapodes vont développer la respiration pulmonaire et ils pourront ainsi respirer directement l’oxygène de l’air grâce à un poumon

 

Les tétrapodes primitifs possèdent un cerveau à deux lobes et des nageoires reliées au squelette osseux qui vont devenir des pattes

Les premières pattes fossiles découvertes sont des sortes de pagaies , adaptées aux déplacements dans les rives immergées et dans les marécages

 

Les premières sorties de l’eau des tétrapodes vertébrés dateraient d’il y a environ 365 millions d’années , avec Ichthyostega :

« Le plus ancien des vertébrés connus présentant des adaptations pour une locomotion autre que la nage »

Ichthyostega a pu s’adaptater à la vie hors de l’eau grâce à ses poumons , ses pattes antérieures capables de supporter son poids hors de l’eau et ses côtes allongées évitant l’écrasement de ses poumons par le poids de son corps

 

A partir de – 359 millions d’années , l’adaptation au milieu terrestre s’est améliorée pour les espèces ayant conquis le milieu terrestre , notamment grâce à quatre pattes marcheuses

 

Vers – 320 millions d’années , va apparaitre l’œuf amniotique , qui grâce à son milieu aquatique , va permettre le développement de l’embryon , qui auparavant devait être déposé dans l’eau

Les quadrupèdes pourront ainsi s’émanciper du milieu aquatique

Vers – 315 millions d’années , Hylonomus lyelli est le premier reptile identifié pondant des œufs amniotiques

 

À partir de cette époque , les reptiles vont donner naissance aux crocodiliens , aux oiseaux , aux dinosaures , aux tortues, aux lézards , aux serpents , aux mammifères , etc …

Les tétrapodes actuels sont les amphibiens , les reptiles , les oiseaux et les mammifères

 

Les mammifères

Les reptiles mammaliens sont apparus il y a environ 250 millions d’années

Ils sont à l’origine des mammifères

Les plus anciens fossiles connus datent du Trias , soit il y a environ 220 millions d’années

 

Les mammifères , ou Mammalia , sont des animaux vertébrés

Leur principale caractéristique est l’allaitement des nouveau-nés

Comme leur appareil digestif n’est pas fonctionnel à la naissance , le lait maternel est leur source de nourriture vitale et obligatoire

 

Les premiers mammifères avaient un mode de vie terrestre , mais au cours de leur diversification , certaines branches ont évolués différemment

Les chauves-souris ont acquis le vol battu et l’écholocation

D’autres comme les phoques , les ours blanc , les castors , les hippopotames , les loutres , les campagnols amphibie , les ornithorynques , etc … , ont développé un mode de vie aquatique partiel

D’autres comme les cétacés , les siréniens , etc … , sont retournés vers un mode de vie aquatique total

Les mammifères sont tous homéothermes , c’est-à-dire qu’ils sont dotés d’un organisme qui leur conserve une température corporelle constante indépendamment du milieu extérieur

La plupart d’entre eux sont endothermes , c’est-à-dire que la chaleur est produite par l’organisme lui-même

 

Certaines espèces sont capables de survivre à des chutes de température importantes dans un état léthargique saisonnier comme l’hibernation

Certaines espèces ne sont pas aptes à réguler leur température à la naissance , ce sont donc les parents qui doivent leur fournir leur thermorégulation jusqu’à leur autonomie

 

La plupart des mammifères communiquent par des cris , des odeurs et des phéromones mais aussi par des postures et des mimiques telle que l’agression , pencher la tête de côté en signe de sympathie , ou mettre la queue entre les jambes en signe de peur et de soumission , etc …

 

Des mammifères aux primates

Extraits de la liste des sous-classes et ordres des mammifères d’après ITIS et Mammal Species of the World, dans son édition de 2005, révisée en 2007 :

 

Sous-classe : Theria

 

Infra-classe : Eutheria

 

Ordres :

Afrosoricida : taupes dorées, tenrecs, limnogales, microgales

Carnivora : caniformes (loups, ours, furets, phoques…) et féliformes (chats, hyènes, civettes…)

Cetartiodactyla : cétacés, ruminants, cochons, chameaux

Chiroptera : chauve-souris

Cingulata : tatous (21 espèces)

Dermoptera : colugos (2 espèces)

Erinaceomorpha : hérissons

Hyracoidea : damans (4 espèces)

Lagomorpha : lièvres, lapin, pika

Macroscelidea : sengis ou musaraignes à trompe

Perissodactyla : équidés, rhinocéros, tapirs

Pholidota : pangolins (7 espèces)

Pilosa : fourmiliers, paresseux

Primates : primates

Proboscidea : éléphants

Rodentia : rongeurs

Scandentia : ptilocerques, toupayes

Sirenia : dugongs, lamantins

Soricomorpha : taupes, musaraignes, solenodons

Tubulidentata : oryctéropes

 

Des primates aux Hominidés

Les primates ont divergé des autres mammifères il y a environ 85 millions d’années

 

Les primates se décomposent en deux groupes :

Les Strepsirrhiniens

Les Haplorrhiniens

 

Les Haplorrhiniens se décomposent en deux groupes :

Les Tarsiiformes

Les Simiiformes

 

Les Simiiformes se décomposent en deux groupes :

Les Platyrhiniens , les singes du nouveau-monde

Les Catarhiniens , les singes de l’Ancien-Monde

Les plus anciens Simiiformes connus sont apparus en Asie , notamment en Birmanie , en Thaïlande et la Chine , vers – 50 à – 45 millions d’années

 

Les Catarhiniens ou singes de l’ancien-monde se décomposent en deux

super-familles :

La super-famille des Cercopithécoïdes , ou singes avec queue

La super-famille des Hominoïdes , ou singes sans queue

 

La super-famille des Hominoïdes se décompose en deux familles :

Les Hylobatidés , qui comprend notamment les gibbons

Les Hominidés

 

Les Hominidés

Les Hominidés se décomposent en deux familles :

La familles des Ponginaes , qui comprend notamment les orangs outans

La famille des Homoninaes

Les Hominidés seraient originaires d’Afrique , mais la découverte en Catalogne d’un fossile d’Hominidé indique que leur dispersion pourrait certainement être plus étendue

 

La famille des Homoninaes se décompose en deux familles :

Les Gorillinis qui comprend notamment les gorilles

Les Homininis

La bipédie est apparue avec les Homininaes

 

La famille des Homininis se décompose en deux familles :

Les Panines qui comprend notamment les chimpanzés et les bonobos

Les Hominines

Le premier hominini bipède serait Sahelanthropus tchadensis ou Orrorin tugenensis

Ils sont probablement les derniers ancêtres communs entre les chimpanzés et les humains

 

La famille des Hominines se décompose en deux familles :

Les Australopithèques

Les Homos

 

Publicités

A propos DOUGLAS MOONSTONE

money is the human predator
Cet article a été publié dans evolution, La sortie des eaux, La théorie darwinienne, Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s